Université de Tolbiac : Macron la matraque

Publié le par FSC

Plutôt que de prendre en compte les revendications étudiantes, une fois de plus le pouvoir choisit la répression.

Les médias couvrent l'opération en utilisant des euphémismes qui transforment l'usage de la force en courtoise invitation à quitter les lieux !

Le blocage du site universitaire parisien de Tolbiac, lieu emblématique de la mobilisation contre la réforme de l’accès à la fac, a été levé vendredi 20 avril à l’issue d’une vaste opération de police lancée au petit matin. Une centaine de personnes qui occupaient cette tour de 22 étages ont quitté les lieux après l’arrivée des forces de l’ordre dans un climat tendu.

L’opération s’est déroulée « dans le calme » et sans « incident », a toutefois assuré la préfecture de police. Un individu a été interpellé pour outrage et rébellion.

Au moins une centaine de CRS avaient pénétré à 5 heures du matin sur le site, occupé depuis le 26 mars par des opposants à la réforme de l’université, essuyant notamment des jets de bouteilles de verre et autres projectiles. Quelques minutes avant le début de l’intervention, les occupants des lieux avaient sonné l’alarme, semant la confusion. Certains se sont retranchés à l’intérieur tandis que d’autres tentaient de s’enfuir en escaladant la grille tout en lançant des projectiles sur les forces de l’ordre, a constaté la journaliste de l’agence France-Presse (AFP). La rue longeant le site avait été ensuite bouclée par la police.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article