COLLOMB se sert des casseurs pour laisser planer la menace d'une interdiction de manifester !

Publié le par FSC

Nous l'avons dit ici à plusieurs reprises, les blacks blocs, la théorisation des manifs de tête contre les organisations syndicales sont des instruments utilisés par le pouvoir macronien pour s'opposer au mouvement social, le criminaliser, dresser l'opinion publique contre la résistance à ses contre-réformes.

Le ministre de l'intérieur franchit un pas de plus dans l'utilisation des casseurs.

De manière concomitante aux manifestations du 26 mai il fait d'une certaine manière porter la responsabilité des dégradations urbaines sur les organisateurs des manifestations et laisse planer la menace d'une interdiction.

Une nécessité : Dénoncer ces intentions du pouvoir en même temps que les agissements des casseurs à son service !

Car la complicité avec les casseurs s'est à plusieurs reprises révélées dans le dispositif et la stratégie policière comme l'ont révélé des policiers eux-mêmes!

Et comme l'a dénoncé la CGT Ile-de-France à propos de la dénaturation du 1er mai dernier :

LES DECLARATIONS de COLLOMB :

Au micro de BFM TV le 26 mai, Gérard Collomb a livré son analyse de la manifestation «Marée populaire», qui s'est déroulée en France contre les réformes du gouvernement. Si l'événement s'est déroulé sans heurts majeurs, le ministre de l'Intérieur a déploré l'attitude des manifestants à l'égard de casseurs, dont certains ont été repoussés par la police à Paris.

«Ce qui est étonnant c'est que des Black blocs puissent intervenir au milieu d'une foule qui finalement ne réagit pas. Si on veut garder, demain, le droit de manifester, qui est une liberté fondamentale, il faut que les personnes qui veulent exprimer leur opinion puissent aussi s'opposer aux casseurs et ne pas, par leur passivité, être, d'un certain point de vue, complices de ce qui se passe», a déclaré Gérard Collomb

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
O
Le sabotage des manifestations par le ministère de l'intérieur fait maintenant partie du terrorisme du régime gnafronien au même titre que la connivence des services policiers de l'état aux différends attentats qui ont touchés notre pays et sa population !

Nous n'aurons de paix civile que lorsque nous aurons mis hors d'état de nous nuire cette maffia
Répondre
D
Collomb demande donc clairement, aux manifestants pacifiques et désarmés, de constituer des milices d'autodéfenses forcément armées - Quelles que soient les armes - à l'encontre de tous les principes républicains ? Il veut la peau de la République ? Ils ont l'air bien pratiques pour le pouvoir ces "Black blocs"...
Répondre