Congrès : une CFDT à l'offensive ... dans le renoncement !

Publié le par FSC

De l'ouverture du congrès de la CFDT à Rennes on retiendra que derrière les reproches mouchetés adressés au pouvoir et à Macron ce sont les organisations qui luttent contre la remise en cause de TOUS les conquis qui font l'objet des reproches et des sarcasmes de Laurent Berger dans son rapport d'activité.

L'attaque la plus virulente étant réservée à la CGT accusée de fait d'organiser l'opposition à la politique macronienne.

Pour rappel la CFDT "apolitique" a appelé à voter Macron dès le premier tour.

Il est vrai que pour Laurent Berger la victoire phare de la CFDT au cours de son mandat, c'est  la place de première organisation syndicale dans le secteur privé (de très peu d'ailleurs).

Sa préoccupation majeure dans la foulée étant les élections à la SNCF en novembre et les élections dans la fonction publique en Novembre.

 

La CFDT dont tout le gratin médiatique et patronal vante la modernité est coincée entre ses choix d'accompagnement des contre-réformes réactionnaires, sa soif de reconnaissance du capital et du pouvoir et l'agressivité réformatrice de ce même pouvoir qui méprise les organisations syndicales.

Difficile dans cette conjoncture de trouver un équilibre et des résultats pour les travailleurs qui justifie la recherche effrénée du "dialogue social" et du compromis avantageux.

On peut le constater y compris à la SNCF.

Afin de masquer le ralliement de la CFDT à l'ouverture à la concurrence et à la privatisation on assiste à la mise en scène d'une soit-disant pris en compte des revendications des cheminots justifiant la rupture de l'unité syndicale de début du mouvement.

La CFDT tourne le dos aux intérêts des travailleurs, du salariat, des précaires, des sans emploi.

Car il n'y a pas d'autre choix que l'organisation de la lutte et de la résistance pour assurer la défense de ces intérêts comme la conquête de nouveaux droits, face à une offensive exclusivement au service des puissances d'argent!

incontestablement la lutte pour l'unité des travailleurs passe par le nécessité de faire la clarté sur les comportements et les choix de ceux qui ont choisi de trahir les luttes et les aspirations à une véritable émancipation du monde du travail.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Danièle Dugelay 05/06/2018 18:51

Si la CFDT est un syndicat, c'est à l'évidence un syndicat patronal. Son seul souci est d'accompagner le pouvoir politique en place au service du pouvoir du capital par une collaboration de classes dont les médias de désinformation chantent les louanges. Pouvoirs politique et financier, médias en laisse et CFDT font partie de la même bande, la bande qui veut détruire les droits sociaux, les droits des travailleurs et les services publics. Ce sont eux qui attaquent, ce sont eux qui provoquent les conflits, ce sont eux qui déchirent notre société : c'est la bande à Macron.