CONTRE-REFORME de la SNCF : la ligne de TER Caen-Alençon-Le Mans-Tours menacée

Publié le par FSC

L'annonce de la CGT sur cette menace contraint les responsables politiques à se montrer rassurants.

Preuve de la réalité de cette menace et du caractère néfaste pour les populations notamment rurales, les petites lignes de cette contre-réforme.

Toutes choses qui justifient la poursuite de la lutte et l'information du public !

**********************

SOURCE : Ouest France

L’annonce, par le syndicat Indecosa-CGT, de menaces sur l’existence de la ligne de TER Caen-Alençon-Le Mans-Tours, avec possible remplacement par des cars (Ouest-France de vendredi), suscite des réactions de la part des élus écologistes t socialistes des trois régions concernées (En réponse, Christelle Morançais, présidente de la région Pays de la Loire, se veut rassurante et se dit « très attachée » à cette ligne, ayant « fait de sa modernisation une priorité ».

Les écologistes : "Ce serait une catastrophe"

 

Pour les élus écologistes des trois régions concernées (Pays de la Loire, Normandie, Centre Val de Loire, "ce serait une catastrophe", écrivent Sophie Bringuy (Pays de la Loire), Laetitia Sanchez (Normandie) et Charles Fournier (Centre-Val-de-Loire). "Une telle position serait anachronique alors que nous sommes sans cesse rappelés à l’urgence des enjeux climatiques […] La ligne Caen-Alençon-Le Mans-Tours est stratégique. Elle fait partie des Trains d’Équilibre du Territoire (TET) et rappelons qu’Hervé Morin [président de la région Normandie] a réclamé la gestion de ces lignes, arguant d’une capacité à mieux les gérer que l’État. Il serait donc totalement incompréhensible qu’il soit celui qui décide d’arrêter d’y faire circuler des trains."

 

"Le trafic a augmenté de 10 %"

 

"Baisse de fréquentation ? interrogent les élus. En 2017, le trafic a augmenté de 10 % sur cette ligne en Sarthe par exemple. Avec une fréquentation supérieure à 330 000 voyageurs par an, ce sont sur ce département 400 à 500 voitures évitées par jour matin puis soir.

 

"Le PS pour une avance régionale de urgente de 3 millions d’euros

 

"Un programme global de rénovation estimé à 94 millions d’euros a été présenté par SNCF Réseaux. La première phase porte sur le remplacement des travers en zone de ralentissement pour 3 millions. Elle doit être effectuée d’ici à 3 ans, rappelle le conseiller régional socialiste Olivier Biencourt. Alors que les conditions de circulation sont aujourd’hui fortement dégradées pour les usagers, il y a urgence à avancer sur le financement de cette première tranche de travaux. C’est la raison pour laquelle nous avons proposé, avec les élus écologistes, un amendement visant à inscrire 3M € pour leur réalisation." Une approche rejetée par la majorité, "qui a récusé la notion d’urgence sur les travaux car elle préfère attendre de voir l’engagement de l’État dans le cadre du contrat d’avenir. Les usagers qui voyagent dans des conditions déplorables apprécieront."Christelle Morançais :

 

"La modernisation de la ligne est une priorité"

 

En réponse, Christelle Morançais, présidente de la Région Pays de la Loire, se veut rassurante et se dit "très attachée" à cette ligne. "C’est pourquoi, j’ai fait de sa modernisation une priorité et que j’ai décidé de l’inscrire dans notre contrat d’avenir." Elle dit avoir échangé jeudi avec son homologue normand Hervé Morin, qui lui a « confirmé son attachement à cette ligne ». Elle va le rencontrer prochainement à ce sujet, ainsi que le président de la région Centre Val de Loire.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article