CHERBOURG : bataille pour les salaires des ouvriers d'état chez Naval Group !

Publié le par FSC

SOURCE : France Bleu

les ouvriers d'Etat de Naval Group réclament une augmentation de leur pouvoir d'achat

 

L'entrée de Naval Group à Cherbourg a été bloquée ce mardi matin par une centaine d'ouvriers d'Etat, à l'appel de la CGT. Les salariés dénoncent une dégradation de leurs perspectives d'évolution, due notamment à la politique menée par leur direction.

Des drapeaux CGT qui flottent devant les grilles et des camions bloqués à l'entrée : c'est l'image ce mardi matin devant le site de Naval Group à Cherbourg. Une centaine d'ouvriers d'Etat, qui dépendent du ministère des Armées, ont manifesté pendant environ une heure, à l'appel de la CGT.

Salaires gelés, journée de carence et peu de perspectives d'évolution

Les 600 ouvriers d'Etat du site cherbourgeois réclament une augmentation de leur pouvoir d'achat. Le déroulé de leur carrière est géré par le ministère des Armées. Selon eux, la direction de Naval Group applique à la lettre le nouvel arrêté datant de 2017 et fait donc "le choix de la rigueur".

Les bordereaux de salaires des ouvriers d'Etat sont gelés, et le principe d'une journée de carence est appliqué. "Le déroulement de carrière st donc la seule solution pour augmenter le pouvoir d'achat, explique Vincent Hurel, secrétaire général de la CGT de l'arsenal de Cherbourg. En gros, je change de grille de salaires pour pouvoir gagner un peu plus mais c'est de plus en plus difficile". Le nombre de postes proposé aux ouvriers d'Etat a, selon le syndicaliste, été divisé par deux depuis 2016, passant de 120 à 60 postes.

Une réunion mercredi entre syndicats et direction

La CGT met en garde la direction de leur entreprise. "Elle a besoin des ouvriers d'Etat, souligne Vincent Hurel. Ils sont quasiment les seuls à avoir réalisé un sous-marin de A à Z et détiennent une grande partie des compétences".

Aujourd'hui, Naval Group, en envoyant ce message, prend un sacré risque" - Vincent Hurel, secrétaire général CGT de l'arsenal de Cherbourg

Une nouvelle rencontre entre Naval Group et les syndicats a lieu ce mercredi. Les ouvriers espèrent que la direction fera remonter leurs revendications auprès du ministère des Armées lors d'une réunion prévue jeudi à Paris. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article