FOOT business à l'heure du mondial ... et réaction des ouvriers de FIAT

Publié le par FSC

 

REPRIS de Histoire et société, révolution permanente et CGT Unilever CGT Le MEUX

Le propriétaire de Fiat est le même que celui du club de football, qui a déboursé plus de 100 millions d’euros pour s’offrir Ronaldo.

Si l’actualité sportive a été écrasée hier par la demi-finale de la Coupe du monde France-Belgique, une autre information a fait l’effet d’une bombe dans le monde du football : après neuf saisons au Real Madrid, Cristiano Ronaldo a rejoint la Juventus.

Un joli coup pour le club italien, qui a fait le bonheur de ses supporters. Mais le transfert n’est pas du goût de tout le monde de l’autre côté des Alpes. Pour le faire savoir, des ouvriers de l’usine Fiat à Melfi (sud du pays) souhaitent se mettre en grève.

La raison ? Le propriétaire de Fiat, la famille Agnelli, est aussi le propriétaire historique de la Juventus, les salariés grévistes veulent donc dénoncer l’addition salée du transfert. Pour s’offrir CR7, la Juventus a dépensé 117 millions d’euros. Il faut ajouter à cela un salaire minimum net de 30 millions d’euros par an.

Dans un communiqué relayé par Eurosport, les grévistes expliquent : « On nous demande de faire des sacrifices économiques depuis des années, c’est inacceptable de voir que la société Fiat dépense des centaines de millions pour un joueur de football. (…) Pendant que les ouvriers se serrent toujours plus la ceinture, notre propriétaire dépense beaucoup d’argent pour une seule ressource humaine (…) Est-ce normal tout ça ? ».

***********

Le transfert à 100 millions d’euros de Ronaldo à la Juventus provoque une grève chez Fiat

Ce mardi 10 juillet, la star mondiale du football Cristiano Ronaldo s’est engagé à la Juventus Turin, contre 100 millions d'euros de transfert et 30 millions de salaire net par an. Des sommes folles qui ont provoqué la colère des ouvriers de Fiat, en grève du 15 au 17 juillet.

 

Alors que la coupe du monde de football bat son plein, la famille Agnelli, propriétaire de la Juventus de Turin, à décider de s’offrir un des joueurs du Real Madrid : Cristiano Ronaldo. Le transfert a été décidé ce mardi, et le champion d’Italie à accepter de verser 105 millions d’euros pour s’assurer les services de la star portugaise, réalisant ce qui constitue déjà l’un des transferts du siècle, lui offrant par ailleurs un très confortable contrat à 30 millions d’euros net par an, et ce pour les 4 prochaines saisons. En plus d’être propriétaire du club, cette famille détient également le groupe Fiat ainsi que Ferrari. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les travailleurs de Fiat ont en travers de la gorge ces frasques sur le marché des transferts.

En effet, les ouvriers de l’usine de Melfi, dans la province de Potenza, n’entendent pas accepter ce transfert sans sourciller, alors que la direction ne cesse de demander des « sacrifices économiques ». C’est ainsi que le syndicat USB (Unione sindacale di base) a appelé à la grève du 15 au 17 juillet. Dans un communiqué du syndicat USB, les ouvriers se sont confiés et ont protesté contre leurs conditions de travail et contre les périodes de chômage partiel qui leur seront imposées jusqu’en 2022.

Nous relayons ci-dessous le communiqué du syndicat USB :

« Il est inacceptable que pendant que les travailleurs de Fca et Cnhi continuent de demander des sacrifices économiques énormes pendant des années, la même décision de dépenser des centaines de millions d’euros pour l’achat d’un joueur.

On nous dit que le moment est difficile, qu’il faut recourir à des amortisseurs sociaux en attendant le lancement de nouveaux modèles qui n’arrivent jamais.

Et tandis que les travailleurs et leurs familles se serrent la ceinture de plus en plus, la propriété décide d’investir beaucoup d’argent sur une seule ressource humaine !

Est-ce normal ? Est-il normal qu’une seule personne gagne des millions et que des milliers de familles n’atteignent pas le milieu du mois ?

Nous dépendons tous du même maître, mais jamais en ce moment d’énorme difficulté sociale, ce traitement inégal ne peut et ne doit être accepté.

Les travailleurs de Fiat ont fait la fortune de la propriété pendant au moins trois générations, enrichissant quiconque se déplace autour de cette société, et en retour, ils ont toujours et seulement reçu une vie de misère.

La propriété devrait investir dans des modèles de voiture qui garantissent l’avenir de milliers de personnes plutôt que d’en enrichir un seul, cela devrait être le but de qui met les intérêts de leurs employés en premier, si cela ne se produit pas parce que vous préférez le monde du jeu , amusant pour tout le reste.

Pour les raisons décrites ci-dessus, le Syndicat du Syndicat des travailleurs de la base déclare une grève à la FCA di Melfi à partir de 22h00 le dimanche 15 juillet jusqu’à 06h00 le mardi 17 juillet 2018. »

Alors que la famille Agnelli et la Juventus Turin vont empocher un pactole en termes de vente de maillot, de billets, de droits à l’image, etc., la goutte d’eau a fait déborder le vase pour les ouvriers de Fiat, bien décidé à ne pas se laisser faire.

PAR REVOLUTION PERMANENTE

 
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article