répression syndicale : ENEDIS manifestation le 25 juillet en soutien à Sébastien ROUX !

Publié le par FSC

SOURCE : La Marseillaise

Les salariés d’Enedis organisent une manifestation le mercredi 25 juillet au siège de la direction régionale. C’est pour soutenir un technicien du site du Merlan, Sébastien Roux, convoqué ce même jour par la direction.

La mobilisation des salariés d’Enedis ne s’arrête pas pendant les vacances. Après avoir bloqué plus de 200 sites au mois de juin dont plusieurs centrales nucléaires, ils se mobilisent en soutien à leur collègue Sébastien Roux. Salarié d’Enedis depuis 2 ans, et technicien du site du Merlan, il est convoqué par la direction ce mercredi à 9h.

Les dirigeants lui reprochent de s’être rendu au siège régional lors de la mobilisation du 27 juin, alors que sa zone d’astreinte le limitait à Luynes, à 4 kilomètres du lieu. Contre cette procédure pouvant aller jusqu’au licenciement, la CGT annonce une mobilisation forte afin de le soutenir. « La direction assure que ça n’ira pas loin. Dans ce cas pourquoi user d’une telle procédure ? », se demande Gilbert Benhamou, responsable CGT énergie Marseille.

Une stratégie d’Enedis

Le cégétiste y voit un « test » : «Il y aura d’autres collègues convoqués si nous n’agissons pas. C’est le rapport de forces que la direction veut tester ». D’autres salariés sont, en effet, convoqués à Avignon par la direction et par la police dans le cadre des blocages de sites. 49 salariés, dont Sébastien, avaient été assignés par le Tribunal de Grande Instance pour le blocage de sites de la région en juin.

Le jugement avait ordonné la libération du site, mais pas le remboursement des frais juridiques que la direction réclamait. « Elle a compris trop tard qu’elle s’attaquait à un bloc et que le nombre nous a soudé. C’est pour cela que la direction nous attaque individuellement maintenant », explique Gilbert Benhamou.

Sébastien Roux était d’ailleurs très impliqué dans la mobilisation. « Il était un pilier lors des actions de grève comme il avait le droit de le faire. Sébastien est très apprécié de tous, c’est pourquoi nous allons le soutenir mercredi », continue le responsable syndical. Les syndicats vont organiser des assemblées générales à la rentrée concernant la poursuite du mouvement. Enedis, qui gère le réseau énergétique en France, prévoit la suppression de 2 500 postes d’ici 2020.

Amaury Baqué

 
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article