Une rentrée de luttes !

Publié le par FSC

 Rencontres syndicales avec le pouvoir à partir du 29 août : UNE MASCARADE !

 

En grande difficulté, le pouvoir de l'oligarchie manœuvre.

Il en serait fini de sa volonté d'imposer ses contre-réformes en passant sur le corps des "partenaires sociaux" et le moment serait venu de renouer avec eux !

C'est ainsi que sont prévues à partir du 29 août une série de rencontres avec les syndicats dans un format multilatéral (c'est-à-dire des rencontres séparées) visant à balayer le panorama des dossiers dits chauds POUR ABOUTIR A UN « DIAGNOSTIC PARTAGĖ ». Mais on sait ce que cela veut dire !

Qu'il s'agisse de l'assurance chômage, de la contre-réforme des hôpitaux, de la contre-réforme des retraites… il ne fait de mystère pour personne que Macron a l'intention de poursuivre sa destruction du modèle social issu des conquis de la Libération !

Pour des raisons simples et fondamentales : d'abord il est le représentant au sommet de l'Etat des classes privilégiées qui aspirent à cette destruction depuis longtemps, et secundo son projet d'intégration européenne en partenariat avec l'Allemagne implique pour la France ce qu'ils appellent les "réformes structurelles"  : amputation drastiques des investissements et crédits publics, privatisations, retrait de l'Etat d'activités jusque-là investies y compris s'agissant de missions régaliennes, l'affaire BENALLA étant de ce point de vue tout à fait significative des orientations du pouvoir en matière de sécurité.

Dans cette phase, sa soi-disant ouverture aux « corps intermédiaires » vise en particulier pour la contre-réforme des retraites mais aussi celle de l'assurance chômage à s'appuyer sur les prises de position de la CFDT, prête à se comporter en relais de la propagande du pouvoir expliquant que le statu quo n'est plus possible et qu'il faut bien consentir aux contre-réformes en mimant simplement une intervention donnant le sentiment de les adoucir !

Pour les syndicats et en particulier la CGT, il s'agit donc de ne pas prêter la main à cette véritable mascarade et à tout mettre en œuvre exclusivement pour que les luttes des travailleurs viennent bousculer ce petit jeu.

En commençant donc par dénoncer les rencontres inaugurées le 29 août dont il ne faut rien attendre et en ne laissant s'installer aucune espèce d'illusion du côté des travailleurs qui ne gagneront que ce qu'ils pourront imposer par leurs luttes.

 

 2. A Gênes comme ailleurs : le Capital et sa concurrence "libre et non faussée" tuent !

Le Front Syndical de Classe a pu constater, une nouvelle fois, que la logique du capital soutenue par les directives européennes au travers de l'ouverture à la concurrence « libre et non faussée » a endeuillé de nombreuses familles.

Le constat accusateur et pesant est là : privatiser et livrer aux monopoles du privé les infrastructures routières, ferroviaires et aériennes et autres services publics telle l'énergie électrique, met en péril la population et en premier lieu les masses laborieuses.

En effet, le fonctionnement du profit capitaliste exige de toujours sous-investir dans la sécurité et surexploiter les travailleurs afin d'atteindre les taux de rentabilité du capital lui permettant de se reproduire et de s'accroître. Ce système, piloté au niveau européen par l'UE est dévastatrice pour les peuples et le monde du travail !

Et la terrible catastrophe de Gênes ne sera pas un cas isolé en Europe alors même que les réseaux de transports se dégradent à vitesse grand V. En France, nous ne sommes et ne serons pas exempts de telles catastrophes, qu’elles soient routières, ferroviaires, aériennes ou énergétiques !

Bien évidemment, en Italie, les enquêteurs vont trouver des responsables à cette catastrophe. Or le principal responsable ne sera pas montré du doigt : le système capitaliste, son UE et son euro, son pacte de stabilité et la règle d'or exigeant la baisse des dépenses publiques socialement utiles et les privatisations.

Avec cette ouverture à la concurrence, que sont devenus ces milliards d'€ qu'a rapporté le réseau autoroutier et les aides gouvernementales au privé? Certainement pas à la rénovation des ouvrages d'art, des réseaux routiers et encore moins à l’embauche et aux salaires! Pendant ce temps le nouveau patron d'Air France, en provenance d'outre Atlantique, voit son salaire augmenter de 300% alors qu'on refuse 6% d’augmentation aux salariés !!

Résultat, les cantonniers et autres employés territoriaux de l’État ayant été supprimés en masse en Italie, tout comme en France, les « enquêteurs » au service des oligarques vont se rabattre sur l’ingénieur et/ou l'architecte ! Le fameux lampiste !

En outre, concernant le transport, le tout marchandises sur route est dangereux, il détruit les réseaux routiers et pollue sachant qu'en outre, plus de 30% des camions roulent à vide.

La F.D CGT des cheminots propose depuis longtemps le développement du fret par Rail avec le ferroutage. Mais depuis des décennies, c'est le choix du tout « camion » qui a été effectué pour le plus grand profit des compagnies pétrolières et des géants du BTP. Dans le même temps, les gouvernements et l'UE ont détruit les compagnies nationales de chemin de fer : en France, ils ont laissé la SNCF se faire dépecer, ils ont torpillé le fret, fermé les lignes voyageurs et transféré les voyageurs par cars privés sur les routes dans un état de plus en plus douteux.

La gravité de la situation comme dans les autres secteurs (santé, éducation, protection sociale…) n'est pas dû au hasard, c'est la réponse au système capitaliste en crise depuis 30 ans. Voyez ce qui ce passe avec ParcourSup, qui programme incertitude et sélection précoce pour nos enfants et/ou petits enfants en même temps que la privatisation du supérieur et la fin de diplômes nationaux !

Le résultat de cette politique, pilotée en Europe au niveau de l'UE, est que la paupérisation et la précarité se développent gravement tandis que les riches sont toujours plus riches.

Cette politique n'épargnera personne ; dès cet automne nous allons assister à une nouvelle offensive de ces humbles serviteurs du capital, contre les retraites par répartition et les pensions de reversions et pour le dévoiement de la SECURITE sociale en protection sociale !

La politique du capital, de son UE et de ses gouvernements néo-libéraux ne peut pas être sociale et ne peut pas être redressée ! Elle est faite pour casser tous nos conquis, nos secteurs publics et la Nation populaire.

Face à cette situation, le FSC appelle l'ensemble des syndicalistes à renouer avec la lutte des classes et à revendiquer une véritable re-nationalisation de tous les secteurs clefs de l'économie, avec la socialisation des moyens de production et d'échanges.

Pour cela, il est nécessaire de combattre frontalement l'UE, ses directives, Il faut mettre un terme à l'institutionnalisation des organisations syndicales et leur docilité aux directives de la CES et de la CSI qui nuisent à la classe ouvrière et à la Paix dans le monde !

La régression sociale se négocie pas, elle se combat tout comme la répression syndicale !

La CGT et la FSU tiendront leur congrès respectif en 2019. Le FSC tiendra sa 3éme conférence au mois d'Octobre. Le FSC fera en sorte que les sujets concernant le changement de société, l'abolition du capitalisme et les besoins revendicatifs urgents des actifs et retraités soient débattus avant par les syndicalistes de terrain afin d'être votés sérieusement et en tout connaissance de causes par les délégués en congrès.

 

FSC, fin août 2018

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article