Assemblée générale de l'ONU : Cuba rejette les doctrines militaires fondées sur la dissuasion nucléaire

Publié le par FSC

 


Nations Unies, 26 sept (PL) Cuba rejette les politiques de sécurité et les doctrines militaires fondées sur la dissuasion nucléaire, a déclaré aujourd’hui le président du pays des Caraïbes, Miguel Diaz-Canel, lors d’une réunion de l’Assemblée générale des Nations Unies.

Il a déclaré que son pays restait fermement résolu à renforcer et à consolider le multilatéralisme et les traités internationaux de désarmement, en particulier dans le but d’instaurer un monde exempt d’armes nucléaires.

En signe de cette volonté, le 31 janvier 2018, notre pays est devenu le cinquième État à ratifier le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires, a-t-il dit à la séance plénière de haut niveau pour commémorer et promouvoir la Journée internationale pour l’élimination totale des armes nucléaires.

Un tel mécanisme interdit l’emploi, l’existence et la mise au point d’armes nucléaires et reconnaît qu’elles sont inhumaines, immorales et éthiquement indéfendables, a rappelé le président cubain, premier orateur en séance plénière.

Selon le chef de l’État des Grandes Antilles, ils persisteront dans l’objectif que ce pacte soit jamais mis en œuvre et complété par des mesures efficaces qui conduiront à l’élimination totale de ces arsenaux d’une manière efficace, transparente et irréversible.

En même temps, le dignitaire a noté que l’utilisation de l’énergie et de la technologie nucléaires a contribué au développement socio-économique de nos nations.

En conséquence, nous réaffirmons le droit à l’utilisation pacifique de l’énergie nucléaire sans discrimination, a ajouté M. Díaz-Canel, qui a déclaré que le pays des Caraïbes rejette la décision du gouvernement américain de se retirer du plan d’action global conjoint ou de l’accord nucléaire avec l’Iran.

Le non-respect de ces engagements internationaux viole les règles de coexistence entre les États et aura de graves conséquences pour la stabilité et la sécurité au Moyen-Orient, a-t-il dit.

Le président a déclaré que son pays considère qu’il est de son devoir de se joindre à la commémoration de la Journée internationale pour l’élimination totale des armes nucléaires le 26 septembre de chaque année.

Il a souligné que, pour l’île, cette rencontre annuelle représente également un hommage approprié à la mémoire du leader historique de la Révolution cubaine, Fidel Castro,  » un combattant infatigable en faveur du désarmement nucléaire, auquel il a consacré de nombreuses réflexions et toutes ses énergies « .

73 ans après les bombardements atomiques criminels contre Hiroshima et Nagasaki, l’humanité continue d’être menacée par l’existence d’environ 14 400 armes nucléaires, dont 3 750 sont déployées et près de 2 000 restent en état d’alerte opérationnelle, a-t-il averti.

Le dirigeant de la plus grande des Antilles, décrite comme un motif de réjouissance pour l’Amérique latine et les Caraïbes, a été la première région densément peuplée du monde à être déclarée zone exempte d’armes nucléaires, par le Traité de Tlatelolco, né en 1967.

Cette volonté de nos pays a été ratifiée dans la « Proclamation de l’Amérique latine et des Caraïbes comme zone de paix », document signé par les chefs d’Etat et de gouvernement de la région à l’occasion du IIème Sommet de la Communauté des Etats d’Amérique latine et des Caraïbes, tenu à La Havane en janvier 2014, a-t-il rappelé.

source: https://www.prensa-latina.cu/index.php?o=rn&id=214057&SEO=cuba-rechaza-las-doctrinas-militares-basadas-en-la-disuasion-nuclear

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article