Crise en psy : l’autre méthode CFDT-Unsa !!!!

Publié le par FSC

La trahison des luttes, voilà la méthode de la CFDT et de l'UNSA !

Pas d'étonnement que patronat et directions en charge de la mise en oeuvre des régressions sociales s'évertuent à mettre en avant le caractère "raisonnable" des dirigeants de ces organisations.

Nulle doute aussi que dans les élections qui viennent dans la fonction publique les salariés sauront effectivement faire la différence avec les organisations qui comptent d'abord sur les luttes pour défendre les conquis et renouer avec de nouvelles conquêtes!

 

**************

 

La CFDT et l’Unsa assurent être sur le point de signer un accord de base avec la direction de l’hôpital pour régler la situation de crise au service psychiatrique.

Ils refusent toute confrontation et revendiquent une autre méthode qu’ils assument pleinement. Alors qu’à l’hôpital, la grève illimitée au service de psychiatrie initiée et soutenue par la CGT et FO se poursuit, la CFDT et Unsa, les deux autres syndicats de personnels (1), ont expliqué hier être proches d’un accord de base avec la direction, fruit de négociations qu’ils ont toujours souhaité poursuivre.
“Nous demandons à la CGT et à FO de nous rejoindre”Cette position radicalement différente a fait voler en éclat l’intersyndicale qui, au début du conflit, fin août, regroupait les quatre organisations.
« Nous partageons le constat que le service de psychiatrie connaît de graves difficultés qui s’aggravent au fil des années et qui se sont même enflammées cet été, explique Monique Richard, secrétaire départementale de l’Unsa. Mais nous estimons qu’il y a une situation nationale avec laquelle la direction doit composer et qui ne favorise pas l’obtention de réponses immédiates. Il faut donc accepter de ne pas aller trop vite, que les choses se fassent progressivement, dans la négociation. »
Et c’est l’esprit d’un accord de base avec la direction que l’Unsa et la CFDT pourraient signer la semaine prochaine. « Nous avons le sentiment d’avoir obtenu quelque chose qui pourra améliorer les conditions de travail et nous demandons à la CGT et à FO de nous rejoindre. Il n’est pas trop tard. »
Diminuer la précaritéCe document s’intéresse au sort des infirmiers « avec un passage en CDI après six mois de CDD alors qu’aujourd’hui, ils doivent attendre entre deux et trois ans », revendique Emmanuel Jos, secrétaire départemental CFDT.
Les autres personnels hospitaliers (aides soignants, agents de service…) se verraient proposer un CDI dès deux années de CDD. Quatre-vingts personnes sont concernées.
Autres avancées : l’accord instaurerait le déclenchement d’un remplacement extérieur dès sept jours d’arrêt de travail au lieu de quinze aujourd’hui et, surtout, il réglementerait l’usage des ambulances spéciales (2) avec le recrutement de deux infirmiers dédiés.


« Tout cela permettra de mettre fin à la précarité dans les services », espère Emmanuel Jos.
(1) A l’hôpital de Niort, FO représente 47 %, la CGT 23 %, l’Unsa 20 % et la CFDT 10 %. (2) Les ambulances psychiatriques se déplacent pour prendre en charge des personnes en crise sur la voie publique ou à leur domicile. Dans d’autres départements, ce sont les pompiers ou les forces de l’ordre qui s’en charge.

  •  

 

*************

SOURCE : La Nouvelle République

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article