L'enfumage de la manœuvre "pacte écologique"

Publié le par FSC

Il nous faut anticiper !

La question de la transition écologique est une question sérieuse qui engage l'avenir de la société et de l'humanité.

Mais autre chose est l'instrumentation de cette question au profit d'une politique de régression sociale totale fondée sur le détricotage systématique de TOUS les conquis du mouvement ouvrier et démocratique.

Cette manœuvre initiée par une proposition de la CFDT consiste en un CONTOURNEMENT de la colère populaire qui s'exprime et qui monte, menaçant les contre-réformes du pouvoir.

C'est une manœuvre car ce qui est en question ce ne sont pas seulement les taxes sur les carburants et la profonde injustice du choix exonérant par exemple l'aviation civile, le parc de jets privés comme les porte-conteneurs pourtant hyper polluants !

NON !

Cette taxe comme il est devenu coutume de le dire c'est la goutte qui a fait déborder le vase !

Car l'injustice sociale caractérise l'ENSEMBLE des choix politiques du pouvoir macronien :

  • pression majeure sur les salaires au nom de la compétitivité
  • mise en concurrence généralisée des travailleurs
  • saccage du code du travail afin de mettre les salariés à la merci du patronat
  • fiscalité au service des plus riches
  • saccage des services publics (santé, communication, énergie, éducation ...) au service des intérêts privés
  • privatisations-braderie (autoroutes dont il faut exiger la nationalisation, barrages hydro-électriques, aéroports, Française des jeux ...)
  • ...

On n'en finirait pas de décrire une politique au service exclusif de l'oligarchie et de ses privilèges.

ALORS Macron a-t-il l'intention de revenir sur ces choix ?

Bien sûr que NON : lui et ses porte-voix n'ont de cesse de répéter qu'il faut poursuivre, qu'il n'est pas question de renoncer et ils ont le culot de prétendre que la situation actuelle résulterait de l'absence de volonté politique de réforme de ceux qui les ont précédé !

Pour les syndicats et pour la CGT cette manœuvre est donc un piège !

Y participer ce serait donner de l'air au pouvoir pour pouvoir poursuivre sa politique de casse !

Y participer ce serait contribuer au discrédit qui frappe les syndicats considérés par une partie de la population comme faisant partie des institutions qu'elles rejettent et considèrent comme complices de la situation qui leur est faite !

Ce qui est à  l'ordre du jour c'est la nécessaire intervention d'un authentique syndicalisme auprès de ceux qui ont engagé une action de masse et de travailler à la CONVERGENCE des luttes pour STOPPER la contre-révolution en marche et renouer avec les conquis !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

IMBERT Olivier 24/11/2018 09:56

L'écologie n'ayant aucune fondation objective ou scientifique sérieuse, les mesures d'événements ou de phénomènes naturels aux conséquences dangereuses voire cataclysmiques ou apocalyptique ne peuvent pas être elles-aussi sérieuse. Donc il va de soi encore plus le baratin sur la soi disant "transition" qui désigne seulement des affaires à faire pour les groupes industriels et leurs administrations privées euro-atlantique, donc aussi pour les assurances en provocant une révolution des forces productives appuyée sur des normes institutionnelles factices, mais pouvant fournir un profit extra à al source aussi de contre-tendance contemporaine à la baisse tendancielle du taux de profit...Quelle régression de la part des combats de classe de ne pas voir cette évidence et de faire comme ci cela était de l'ordre d'une rationalité ou rationalisation nouvelle des cosmo-logies( en effet conçue comme cela la planète terre devient un cosmos ou un univers bien et certainement défini) scientifiques, alors qu'il ne s'agit que d'une vague cosmogonie d'ailleurs souvent d'origine religieuse et même protestante au sens ou Weber, après Marx en fait l'idéologie nécessaire/ou accompagnant à/ la naissance en reproduction élargie ou accumulation du capitalisme.