Quand Cohn-Bendit en conseiller du monarque vient sur France Inter pour disqualifier les gilets jaunes

Publié le par FSC

De son invitation à France Inter ce matin, pour notre part nous retiendrons sa charge contre le mouvement social actuel que par ailleurs le chien de garde éditorialiste de service, Thomas LEGRAND qualifie lui  de "mouvement de foule" et dont il dénonce les aspects "détestables" .
 
 Cohn-Bendit lui après avoir décliné ses conseils au président (il faut savoir se remettre en cause donc reculer face au mouvement) procède au final lui aussi à la dénonciation de la révolte populaire.
 
Car voyez vous "Dany" n'aime pas le jaune qui lui rappelle paraît-il l'étoile jaune imposée par le nazisme et surtout dans le présent il ne supporte pas qu'un mouvement impose aux automobilistes - paraît-il mais l'accusateur ne prend pas la peine de vérifier la source - de brandir le fameux gilet jaune.
 
Pour ma part, à Saint-Just-en-Chaussée, petit bourg tranquille de l'Oise ce que j'ai pu constater c'est que l'invitation à manifester sa solidarité avec le mouvement (gilet jaune plus klaxon) s'effectuait dans une joyeuse complicité.
 
Et notre grand révolutionnaire converti - de longue date à l'inverse de la légende entretenue par les médias complices - de voir dans le mouvement actuel des traces nettes d'autoritarisme et de totalitarisme qui lui font peur bien entendu.
 
Autrement dit en rejetant le mouvement du côté des mouvements réactionnaires.
 

Et pour en sortir d'inviter à apprendre à négocier avec les corps intermédiaires.

Merci monsieur  Cohn-Bendit de nous rappeler à votre corps défendant que le dialogue social si cher aussi à Laurent Berger n'est qu'une mystification et que seule la lutte du peuple rassemblé peut contraindre le pouvoir au recul.
 

Recul qui a commencé et qu'il est du devoir du mouvement syndical et de la CGT en particulier d'amplifier en lançant TOUTES ses forces dans la bataille!

 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article