UNION LOCALE CGT de Roubaix : passage de fanion

Publié le par FSC

A l'heure où les médias intéressés - instrumentalisant le puissant mouvement social des gilets jaunes- ont pratiquement déclaré la mort ou le dépassement du syndicalisme relégué dans l'ancien monde, les militants de terrain assument tranquillement leurs responsabilités et pérennisent la vie de leurs indispensables structures !
 
 
***********
 

Jean-Philippe Lochet (à gauche) reprend le poste de secrétaire général de l’union locale laissé après dix ans par Abdelkrim Abdesselam.

SOURCE : La Voix du Nord

ROUBAIX.

Ils se passent le témoin et un drapeau rouge flanqué de trois lettres: CGT. Après dix ans à la tête de l'union locale, le syndicat passe sous la houlette d'un nouveau secrétaire général, Jean- Philippe Lochet. «Être syndicaliste, c'est une vocation, pas un métier. Il faut éviter de tomber dans les habitudes.» C'est ce qui a conduit Abdelkrim Abdesselam, secrétaire de l'union locale CGT de Roubaix et en- virons, à passer la main. Un poste qu'il cède après dix ans d'exercice. «Être secrétaire général d'une UL, c'est beaucoup de boulot, plus qu'un temps plein. On revendique les 35 heures mais on est bien à 70.

Et même le dimanche, un comble», s'amuse celui qui, issu du centre communal d'action sociale (CCAS) de Roubaix, a été de tous les combats dans le territoire ces dernières an- nées, des grandes entreprises comme La Redoute aux mobilisations pour de plus petites structures comme Essor Espoir. Depuis les bureaux à la Bourse du travail, un secrétaire général de la CGT doit gérer l'activité du syndicat dans les entreprises des treize communes sous sa responsabilité, appuie les syndiqués isolés dans de petites entreprises où il n'y a pas de représentation du personnel, gère l'activité militante, le conseil juri- dique des salariés qui viennent chercher assistance auprès de la CGT.

«Je reste syndicaliste», insiste Abdel- krim Abdesselam. Il occupera cepen- dant moins de responsabilités admi- nistratives «mais il sera plus sur le pavé», sourit son successeur Jean- Philippe Lochet. Postier, impliqué depuis dix ans dans le syndicat FAPT CGT, c'est donc lui qui à 43 ans a donc été choisi pour porter l'union locale. S'il a pour l'épauler une com- mission exécutive d'une trentaine de personnes, il entend être présent «le plus souvent possible».

M. G. ■

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article