Longwy : l’Union locale CGT en jaune pour la grève du 5 février ?

Publié le par FSC

SOURCE : Le Républicain Lorrain
 

 

L’appel à la grève générale lancé par la CGT nationale pour mardi 5 février se traduira, à Longwy, par un rassemblement suivi d’un débat-échanges. Les militants de l’union locale invitent tout le monde à y participer. 

« Mardi 5 février est une journée d’action interprofessionnelle nationale. Une partie des Gilets jaunes appellent à rejoindre cette journée. On ne pouvait pas ne rien faire. Il fallait ponctuer localement. »

Du coup, Safia Gacem, Gérard Lagorce et leurs camarades de l’Union locale CGT du bassin de Longwy-Longuyon-Villerupt ont décidé d’organiser, ce jour-là, un rassemblement à 14h30 sur la place Darche, à Longwy-Haut. « Longwy a perdu ses capacités de mobilisation ouvrière. On est encore dans la queue des grandes luttes d’hier. Mais on tient à mettre notre grain de sel à ce qu’il se passe depuis quelques semaines. Surtout que les Gilets jaunes sont venus ici en nombre samedi dernier. Plus généralement, en France, les choses bougent depuis novembre. Des ouvriers, retraités, chômeurs, lycéens, étudiants, etc. expriment leur ras-le-bol de ce gouvernement et du système qu’il représente. C’est-à-dire des injustices sociales flagrantes, 57 milliards de dividendes versés aux actionnaires en 2018, un record, +14 % pour les salaires des grands patrons, dont la moyenne se trouve à plus de 5 millions d’euros par an, 300 milliards de cadeaux fiscaux. De l’autre côté, on a 9 millions de personnes qui survivent sous le seuil de pauvreté. »


Premier épisode ?
Les membres de l’UL CGT ont bien compris que ce mouvement en jaune partait de la base et était composé de gens qui souhaitent « prendre leur organisation en main, avec une certaine méfiance vis-à-vis des structures syndicales. Aussi, on pense donner la parole aux participants à ce rassemblement, provoquer les débats, les échanges. Tout en réaffirmant nos revendications : rétablissement de l’impôt de solidarité sur la fortune, hausse des salaires et des retraites, partage du temps de travail (au maximum 32 heures par semaine), développement des services publics, suppression de la TVA sur les produits de première nécessité, etc. »


Pour Gérard Lagorce et Safia Gacem, il y aura des suites à cette mobilisation du 5 février, qui succède à la manifestation du 14 décembre. « Il y aura d’autres épisodes. Pas un débat “à la sauce Emmanuel Macron”, qui est de l’enfumage. D’ailleurs, il a dit lui-même que les grandes lignes de sa politique ne bougeraient pas. En clair : “causez toujours !” On pense plutôt à resserrer nos liens avec les Gilets jaunes, aller vers la convergence ».

S.B.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article