Européennes: Le parti de Macron s'allie à un parti financé par le fabricant du glyphosate

Publié le par FSC

REPRIS du site de Nicolas MAURY :
https://www.editoweb.eu/nicolas_maury/Europeennes-LREM-s-allie-a-un-parti-finance-par-le-fabricant-du-glyphosate_a14095.html
 
SOURCE : 20 minutes
 

L’Alliance des libéraux et démocrates pour l’Europe (ALDE), parti européen auquel appartient LREM, est financé par des multinationales comme Google, Uber, Walt Disney, Bayer-Monsanto et Microsoft. Cohérence entre les politiques mises en place par les partis membres de l'ALDE et leurs fournisseurs de fond ... 

Européennes: LREM s'allie à un parti financé par le fabricant du glyphosate
Si, en France, le financement des partis politiques par des entreprises est interdit, ce n’est pas le cas pour les européennes. Dans une enquête diffusée dans son 20 Heures, France 2 pointe du doigt les financements d’un allié de La République en Marche (LREM) pour les élections à venir. Dans son budget, on retrouve Google, Uber et Bayer, le fabriquant du glyphosate. 

Le parti en question s’appelle Alde (L’Alliance des libéraux et démocrates pour l’Europe). Lors d’un congrès en Espagne en novembre 2018, où LREM a envoyé l’une de des représentantes, des entreprises ont mis la main au porte-monnaie pour financer son organisation : Google, Walt Disney, Microsoft et même Bayer. L’entreprise, qui a racheté Monsanto, fabrique désormais le glyphosate, pesticide décrié et potentiellement cancérogène, sous son nom. 

4 % du budget du parti 

D’après les journalistes de France 2, les entreprises ont donné plus de 425.000 € à l’ALDE depuis les dernières élections en 2014. En Europe, ces financements sont légaux jusqu’à 18.000 euros. D’ailleurs, l’ALDE assume et nuance en affirmant que ces financements ne représentent que 4 % du budget du parti. Les entreprises, elles, préfèrent parler de « parrainage » plutôt que de financements. 

Une situation susceptible de choquer en France, où ces pratiques sont interdites. D’ailleurs, Stéphane Séjourné, le directeur de campagne LREM pour les européennes, n’assume pas : « Il va falloir remettre sur la table ce genre de financements. Ils sont interdits en France, ils doivent être aussi interdits en Europe », a-t-il déclaré auprès de nos confrères. 
 
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article