1er mai à Albi : déclaration de la FSU 81

Publié le par FSC

Ce sont 2000 personnes qui ont manifesté à Albi ce premier mai à l'appel conjoint de la CGT et de la FSU du Tarn. Un cortège imposant marqué par la présence de nombreux Gilets Jaunes.

Voici ci-dessous la déclaration de la FSU 81 à l'issue de la manifestation :

 

"Camarades,

Nous vivons un moment historique à double titre.

D'un côté, Macron poursuit et accélère l'offensive anti-sociale pilotée par le MEDEF et l'UE contre l’ensemble des acquis sociaux. Cela fait au moins 30 ans que les gouvernements successifs, au nom de la dette, du déficit budgétaire, de l'euro et des contraintes européennes, s’attaquent à nos services publics, à nos retraites, à nos salaires et à notre pouvoir d’achat, à nos conventions collectives, à la santé, au logement populaire, à l'organisation du pays pour mettre en concurrence les territoires, bref qu'ils s'attaquent à tout ce qui fait permet de faire société et de vivre ensemble.

Macron est ainsi missionné pour mettre la dernière main à ce projet du MEDEF et de l'UE, exprimé par l'ancien numéro deux du MEDEF en 2007 pour qui le sens de toutes les politiques anti-sociales était bien de défaire méthodiquement tous les acquis du Conseil National de la Résistance afin de nous plonger dans le modèle anglo-saxon du profit sans limite pour les privilégiés.

 

Oui, ils veulent mettre fin aux jours heureux et Macron est décidé à passer en force, dans une fuite en avant mortifère, accompagnée d'une dérive autoritaire et répressive inouïe. Il est secondé pour cela par ses médias aux ordres, tandis que les premiers de cordée continuent d’accumuler des profits mirifiques et d'échapper à l'impôt comme au devoir civique. C'est désormais la casse de la Fonction publique et de ses statuts, la casse de l’Education nationale, la casse des retraites, la privatisation des barrages hydrauliques ou d'aéroport de Paris qui sont à l'ordre du jour tandis que les questions environnementales, pourtant d'une urgence criantes, sont complètement délaissées...

 

Mais la période n'est pas historique seulement en raison de ce saut anti-social programmé par macron.

Elle est historique aussi car depuis plusieurs mois, nous assistons à la mise en mouvement du peuple comme cela faisant longtemps que nous ne l’avions vu.

Le mouvement des Gilets Jaunes a secoué et continue de secouer le pays, il a fait peur au pouvoir en place qui craint par-dessus tout l’intervention du peuple pour défendre le droit de vivre dignement et solidairement contre toutes les exigences des puissants. Ce mouvement redonne confiance dans notre capacité collective à inverser le cours des choses. Il exprime, à travers ses revendications et le soutien massif de la population, une position majoritaire dans le pays et d’abord parmi les ouvriers, les employés, les retraités aux fins de mois difficiles, les privés d'emplois, les fonctionnaires, les petits producteurs indépendants… bref tous ces gens qui constituent le monde du travail. Celui-ci n'a certes pas de millions ni de rolex mais, comme les sans-culottes d’hier, comme le mouvement ouvrier de 1848 ou de Jaurès, il a à cœur la solidarité, la fraternité, l'égalité, la liberté de même que la survie de la biodiversité et de l'humanité.

 

Ce monde du travail est engagé dans une lutte, une lutte des classes, que nous devons encore faire grandir pour gagner car l'espoir ne peut venir que de l'alliance des forces populaires contre le monde de l'argent, du capital et de l’égoïsme glacé, contre la fuite en avant dans la destruction des droits sociaux, des droits démocratiques et de l'environnement.

 

Dans l'immédiat, soutenons toutes les luttes qui se développent, comme celles dans l’Education ou dans la Santé, amplifions notre présence dans les manifestations du samedi et participons massivement à la journée nationale d’action intersyndicale du 9 mai pour la défense et le développement des services publics.

Si nous mettons toutes nos forces pour construire en ce printemps 2019 un mouvement de convergences de toutes les colères et de toutes les luttes, nous pourrons les battre avant qu’il ne soit trop tard, nous pourrons stopper la destruction sociale en cours et gagner tous ensemble sur nos droits et nos légitimes revendications. Pour cela, toutes les formes d'actions sont utiles : grèves, manifestations, manifestation nationale unitaire à Paris, et bien sûr le blocage des profits, indispensable pour faire plier ce pouvoir des grandes entreprises et du capital.

 

Camarades, tous ensemble, nous avons la force de vaincre ; tous ensemble, nous pouvons rouvrir une histoire populaire pour le progrès social, pour la paix, pour les libertés et pour l'environnement ! Car ne l'oublions pas, les travailleurs sont les seuls créateurs de richesse. Et unis, ils sont, comme le dit ce magnifique chant qu'est l'Internationale, l'avenir du genre humain !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article