FAURECIA BEAULIEU : CGT : " l’austérité salariale… mais pas pour tous"

Publié le par FSC

 

SOURCE : L'Est Républicain

L’organisation syndicale dénonce l’augmentation de 9 % de la rémunération fixe annuelle du directeur général de l’équipementier. À partir du 1er juillet, celle-ci va passer de 825 000 à 900 000 euros.

Elle enrage, la CGT du site Faurecia de Beaulieu, dans le pays de Montbéliard. « Même si le système capitaliste pernicieux dans lequel nous évoluons nous fait croire que nous sommes tous dans le même bateau », conteste l’organisation syndicale, « la lutte des classes est toujours bien réelle ! »

Petit rappel conceptuel : théorisée par Karl Marx (1818-1883) dans son Manifeste du Parti communiste , la lutte des classes décrit la situation où les classes sociales que sont la bourgeoisie et le prolétariat s’opposent fortement, voire violemment, en raison de l’exploitation de la seconde, qui se paupérise irrémédiablement, par la première, qui ne connaît pas de limites à son enrichissement.

« Une situation honteuse et inacceptable »
Pour prendre la mesure de cette réalité, « rien ne vaut un exemple simple et concret », enchaîne la CGT. « Chez Faurecia Systèmes d’Échappement (FSE), la direction a décidé de pratiquer l’austérité salariale, une constante sur tous les sites de l’entreprise. Pour l’année en cours, elle a entériné une augmentation générale de 1,6 % pour les ouvriers, de 1,5 % pour les techniciens et de 0 % pour les cadres (N.D.L.R. : selon l’INSEE, l’inflation a progressé l’an passé en France, hors Mayotte, de 1,8 %). Les augmentations individuelles seront à la tête du client ».

Or en février dernier, l’équipementier de rang 1, contrôlé par PSA, a dévoilé des résultats 2018 historiques, « les meilleurs que nous ayons jamais publiés », s’était alors félicité Patrick Koller, son directeur général. Le chiffre d’affaires de Faurecia a progressé de 3,3 % à 15,5 milliards d’euros (+ 7 % à taux de change constants) et son résultat opérationnel de 10 % à 1,27 milliard.

« Austérité pour les salariés, mais pas pour tout le monde », déplore la CGT. « Fin mai, lors de l’assemblée générale des actionnaires, le conseil d’administration a validé, sur recommandation du comité de management, une augmentation de 9 % de la rémunération annuelle fixe du directeur général qui va passer, à compter du 1er juillet 2019, de 825 000 à 900 000 euros ». Face à cette « situation inacceptable et honteuse », elle conclut : « Marre d’écouter nos DRH nous dire qu’il faut faire des efforts alors que l’on voit très bien où passent nos efforts ! »

Selon le dernier Document de référence de Faurecia, la part de la rémunération variable de Monsieur Koller s’est élevée, en 2018, à 1 293 750 euros. « En 2017, il a perçu au total (fixe + options + actions) 3 426 255 euros », rappelle la CGT. « C’est 14,7 % de plus qu’en 2016 ».

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article