Signez la pétition pour défendre le train des primeurs et éviter 20 000 camions !

Publié le par FSC

SOURCE : Le site Initiative Communiste

Cliquez ici pour signer la pétition

https://www.change.org/p/train-des-primeurs-un-enjeu-%C3%A9conomique-et-%C3%A9cologique-soutenons-le

 

Empêcher l’arrêt du , cette liaison ferroviaire entre Perpignan et Rungis permettant d’acheminer de façon écologique les fruits et légumes frais des Pyrénées orientales vers le plus gros marché de gros de la région parisienne, c’était le but de deux manifestations simultanée à Paris et Perpignan, à l’appel de la CGT cheminot. L’une devant le ministère des transports à Paris, l’autre à Perpignan, rassemblant, cheminots, paysans et gilets jaunes.

 

Un désastre écologique et social

Ce train des primeurs, le dernier à desservir le marché de Rungis quotidiennement, ce marché qui n’est désormais quasi plus alimenté qu’exclusivement par camion, transporte de Perpignan à Rungis plus de 400.000 tonnes de fruits et légumes par an. Un train qui pourrait bien disparaitre dès le 30 juin. Ses 82 wagons réfrigérés sont désormais trop vétustes et les chargeurs Roca et Rey, qui les exploitent et sont sous contrat avec la , ne peuvent en louer de nouveau pour des raisons budgétaires. Une aberration lorsque l’on sait que l’arrêt du train c’est la mise sur la route de plus de 20 000 camions par ans à faire les aller retours Perpignan Rungis ! 
Le résultat serait un désastre écologique, les camions étant près de 15 fois plus émetteurs de gaz à effet de serre que le train. Un désastre social aussi avec la suppression d’une centaine d’emplois à Perpignan.

Un désastre qui est le résultat de la politique de saccage du service public ferroviaire, menée sous la férule des directives européennes imposant la libéralisation du rail et la privatisation de la SNCF. Avec pour résultat en trente ans la quasi éradication du transport par train de marchandise au profit des camions, désormais essentiellement conduits par les chauffeurs sur exploités des pays à bas salaires de l’europe de l’Est.

Dans le contexte de “concurrence”, renforcé par la récente réforme ferroviaire du régime Macron traduisant les derniers “paquets ferroviaires ” de directives européennes, on comprend également qu’à l’opposé d’une logique d’aménagement durable du territoire, la priorité est au profit. Le sillon, c’est à dire la place sur le réseau ferré, du train des primeurs sera sans aucun doute valorisé à bon prix pour faire circuler des  désormais privatisés !

Une  pour rétablir le train des primeurs

La pétition qui receuille  désormais près de 21 000 signatures.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article