Les agents du Parc national des Pyrénées dénoncent la baisse des moyens

Publié le par FSC

Autre exemple du sabotage des services publics : La politique menée à l'encontre du fonctionnement des parcs nationaux.

Au nom sans doute de la "défense" de l'environnement !

______________________

SOURCE : https://www.larepubliquedespyrenees.fr/2019/06/29/les-agents-du-parc-national-des-pyrenees-denoncent-la-baisse-des-moyens,2574502.php

 

PUBLIÉ LE 29 JUIN 2019 

Inquiets pour leur avenir, les agents du Parc national des Pyrénées ont lancé l’opération « Make notre ministère great again ».

« Depuis 2011, le Parc national des Pyrénées a subi seize suppressions de postes » indiquent dans un communiqué Hélène Gabin et Frédéric Chavagneux, co-secrétaires de la section locale du SNE-FSU. Soit un effectif réduit de « 18 % ». Quant au budget de l’organisme, les syndicalistes affirment qu’il a été réduit de « 1,3 million d’euros, soit 15 % », depuis la même date.

« En conséquence de nombreuses missions et services rendus au territoire ont été supprimés : suivi de l’aigle royal, mission agroécologie, documentation…, dénoncent les syndicalistes. Alors que les décisions sont sur le point d’être arbitrées sur l’avenir de notre ministère et de ses agents, il est temps d’adresser un message clair et visible au gouvernement. Pour éviter la 6e extinction… et notre propre extinction ».

Un plaidoyer qui trouve une oreille attentive chez Laurent Grandsimon, président du Parc national des Pyrénées. « Les demandes des personnels sont légitimes, nous subissons des baisses d’effectifs et de moyens qui sont aujourd’hui insupportables. En cinq ans, 40 postes d’agents ont été supprimés sur l’ensemble des parcs nationaux en France, soit 2à 3 pour le nôtre. Il y a un problème de crédibilité pour les parcs, qui à la demande du gouvernement doivent tenir des discours de préservation de la biodiversité, mais qui face à l’action du même gouvernement, n’ont plus les moyens d’assurer la protection de cette dite biodiversité.

Le 2 juillet, le conseil d’administration du parc votera une motion de soutien aux personnels et leurs revendications seront relayées auprès du ministère, notamment lors de la rencontre des présidents de parc et du ministre le 3 juillet ».

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article