Une histoire de la mafia de l'énergie

Publié le par FSC

SOURCE : http://montceau-news.com/montceau_et_sa_region/555417-montceau-fnme-cgt-la-bas-si-jy-suis.html

 

Montceau : FNME CGT- Là-Bas si j’y suis

Main basse sur l’énergie : les Incorruptibles de retour !

Ce jeudi soir, au syndicat des Mineurs, a été organisée une soirée-débat, avec la FNME CGT et l’association « Là-Bas si j’y suis », pour la projection d’un film « Main basse sur l’énergie » suivie d’un débat.

 

Sur place, les principaux organisateurs, à savoir : Gérard Burtin, de l’Institut d’Histoire Sociale 71 (IHS), Jean-Pierre Ménéghel, Alain Davanture de la CGT Retraités Multipro et Robert Germain Energies-Mines de Bourgogne du Sud.

 

Dans son discours d’accueil, Gérard Burtin, a tout d’abord rappelé que si la projection avait lieu dans la salle du syndicat, c’était parce que la propriétaire du cinéma Les Plessis, Mme Davoine, a refusé que celle-ci se déroule dans la salle obscure. Arguant qu’elle ne pouvait accueillir cette réunion dans son cinéma. Soit…

 

Ce qui n’a pas empêché les organisateurs et le public de profiter pleinement du film. Ecrit par Gilles Balbastre, il raconte l’histoire du secteur de l’énergie.

 

En effet, depuis 2007, le secteur de l’énergie est entièrement ouvert à la concurrence. Mais il faut remonter encore dans le temps, à la fin des années 90, pour connaître une série de lois libérales qui va démembrer pierre après pierre, le service public incarné par EDF et GDF.

 

La hausse exponentielle des factures, l’accroissement de la précarité énergétique, sont la partie   visible de l’iceberg. La partie immergée, la plus importante, est peu perceptible.

 

Un vaste hold-up

Et pourtant nos concitoyens seraient en droit d’être un minimum informés sur ce qu’on peut nommer « un vaste hold-up », qui se déroule sous nos yeux mais en dehors de notre compréhension.

Faute d’information, le citoyen lambda mesure mal les conséquences de cette dérégulation. Peu d’entre nous savent au fond que nous nous sommes mis à remplir les poches d’une infime minorité et que l’électricité, est devenu en grande partie un polar de série B.

 

Les Incorruptibles

 

Ainsi débute ce film, qui se propose de visiter en six épisodes, à partir du feuilleton-culte « Les Incorruptibles », les années passées, durant lesquelles a prospéré une mafia de l’énergie, avec ses nouveaux gangsters, ses politiciens plus ou moins véreux et ses résistants, les nouveaux Eliot Ness, garants d’un service public de l’énergie, plus que jamais indispensable.

 

En fait, explique Gérard Burtin, ce film dénonce tous les travers de la privatisation du système énergétique (électricité) et nous sommes en train de faire le même travail concernant le gaz ».

 

Ajoutant : « Il s’agit de dénoncer une escroquerie, un hold-up qui précarise de plus en plus la population… ».

 

Au final, ce film avait pour objectif, en étant ouvert au grand public, de faire de la pédagogie et de la sensibilisation.

 

Et de citer l’exemple de la Centrale de Lucy, des éoliennes de Saint-Bérain-sous-Sanvignes, de Saint-Romain-sous-Gourdon etc.

 

La projection a été suivie d’un débat autour des enjeux de la transition énergétique. Où chacun a donné son avis, en toute latitude. Un débat constructif qui n’est pas le premier, et qui ne sera certainement pas 

 

VISIONNER LE FILM :

https://www.mainbassesurlenergie.com/

 

 

PRESENTATION

VERSION INTEGRALE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article