BOLIVIE : les syndicats, les communautés indigènes prennent position

Publié le par FSC

Lutte des classes internationale :

la plupart de nos médias relayent les fakes news émanant des officines de l'empire.

Sans donner de détails sur la manoeuvre en cours et la chronologie des évènements.

Dont acte !

____________________

 

La Central Obrera Boliviana (COB) et le coordinateur national pour le changement (Conalcam) ont déclaré l’état d’urgence et appelé à une mobilisation mercredi pour défendre la démocratie.

Les deux organisations ont publié une déclaration après avoir rencontré le président Evo Morales. « Nous nous sommes déclarés dans l’état d’urgence et la mobilisation nationale avec une première concentration nationale pacifique le mercredi 23 octobre à midi sur la place San Francisco », indique le document.

«Nous dénonçons les intérêts oligarchiques et privatisateurs qui se cachent derrière ces actions violentes financées par des comités de citoyens et des groupes de choc, et des entreprises privées engageant leurs travailleurs à participer à ces soi-disant conseils afin de générer de la violence et des bouleversements sociaux le pays », ont-ils dit.

Les derniers jours ont été convulsés pour la Bolivie, puisque les élections se sont tenues dimanche et, après avoir interrompu le contrôle pendant quelques heures, les chiffres ont finalement remporté Morales au premier tour.

Face à cette situation, l’opposition – dirigée par Carlos Mesa – a dénoncé la fraude et appelé à une mobilisation.

Cependant, de la COB et Conalcam ont souligné que la victoire de Morales « a été possible par le vote des travailleurs de la campagne et de la ville organisés dans les quartiers populaires des villes, mais également dans les zones dispersées de toutes les provinces ».

«Nous alertons le peuple bolivien que  Carlos Mesa et la communauté citoyenne ont tenté d’attribuer des résultats probants basés sur des chiffres partiels diffusés par la Cour suprême électorale sans attendre les résultats définitifs des zones reculées, comme si le vote des frères paysans autochtones n’avait pas d’importance interculturel, afro-bolivien et minier », ont-ils lancé.

Et ils ont conclu que « la droite tente de mener un coup d’État antidémocratique, des actions violentes, l’incendie des tribunaux électoraux et du siège du Mouvement pour le socialisme, les attaques racistes et les rumeurs de pénurie sont une atteinte à la démocratie et à la stabilité sociale et économique du pays ».

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article