HOPITAL de Chalon sur Saône : Le problème n'est pas le déficit MAIS le FINANCEMENT !

Publié le par FSC

 

SOURCE : https://www.lejsl.com/sante/2019/10/24/financement-de-la-securite-sociale-la-cgt-interpelle-les-parlementaires-communique

Les représentants CGT du personnel de l'hôpital William-Morey, de Chalon-sur-Saône, ont écrit une lettre ouverte aux parlementaires dans laquelle ils dénoncent le vote du Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale (PLFSS) : "Le problème aujourd’hui ce n’est pas le déficit, mais l’insuffisance des recettes et de réponses aux besoins.  [...] Nous vous demandons de vous mobiliser pour faire évoluer le PLFSS proposé par le gouvernement pour qu’il intègre un minimum de 5% d’augmentation de l’ONDAM (Objectif national de dépenses d'assurance maladie) et de vous engager à voter contre le PLFSS si cette augmentation minimum n’est pas intégrée."

 
______________________________________

LETTRE ouverte aux parlementaires,

 

Madame, Monsieur,

   En termes de politique de santé, le problème aujourd’hui ce n’est pas le déficit, mais l’insuffisance des recettes et de réponses aux besoins. Après 6 mois de grève des urgences, dans le cadre du Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale (PLFSS), le gouvernement propose un ONDAM hospitalier en croissance de 2,1%, plus faible que l’an dernier, c’est une véritable provocation. La Cour des comptes chiffre, elle-même, à 4,4% la croissance spontanée des dépenses hospitalières ce qui entraine, de fait, des mesures d’économies devant représenter 800 millions pour les hôpitaux.

   A l’hôpital, il y a surtout urgence à :

  • ouvrir des lits en nombre suffisant,
  • créer des emplois,
  • revaloriser la valeur du point dans la fonction publique hospitalière
  • décider de financements à la hauteur des besoins de la population.

   Sur votre territoire aussi, la population rencontre des difficultés. Les salarié·e·s travaillant dans le secteur sanitaire, social et médico-social subissent des conditions de travail induisant de fortes pénibilités et une perte de sens au travail qui doit vous inquiéter.

   Or, loin de l’euphorie de la présentation du PLFSS 2019 qui annonçait un retour à l’équilibre des comptes de la sécurité sociale, la présentation faite par les ministres Darmanin et Buzyn laisse ́ apparaître un déficit de 5,4 milliards d’euros pour 2019 et une prévision de 5,1 milliards d’euros pour 2020, incluant plus de 4 milliards d’économies nouvelles sur l’assurance maladie.

   Cette aggravation du déficit s’explique avant tout par le choix du gouvernement d’amplifier sa politique d’exonération de cotisations sociales en ajoutant :

  • de nouvelles exonérations sur les heures supplémentaires qui coûtent 1,8 milliard d’euros ;
  • de nouvelles exonérations de cotisations sur la prime « exceptionnelle » jusqu’à 1.000 euros qui sera prorogée en 2020 ;
  • la suppression du forfait social sur l’épargne salariale dans les PME dans le cadre de la loi Pacte, soit 600 millions d’euros ;
  • la création d’un taux intermédiaire de la CSG des retraités, mesure qui n’a pas été financée. ́

   À ces mesures s’ajoute la remise en cause du principe de non-compensation intégrale de ces exonérations, choix qui avait été fait lors de la présentation du PLFSS 2019.

   Pour la CGT, c’est le ́ principe même des exonérations de cotisations sociales qui doit être remis en cause.

  Pour trouver des financements supplémentaires, la CGT propose notamment de mettre fin à l’assujettissement des hôpitaux publics à la taxe sur les salaires, soit un montant de 4 milliards d’euros.

   Par la présente, nous vous demandons de vous mobiliser pour faire évoluer le PLFSS proposé par le gouvernement pour qu’il intègre un minimum de 5% d’augmentation de l’ONDAM et de vous engager à voter CONTRE le PLFSS si cette augmentation minimum n’est pas intégrée.

  Pour la CGT du Centre Hospitalier de Chalon sur Saône, Valérie ROUSSOT et  Alain CHALLOT   

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article