HOPITAUX : Grande manifestation nationale le 14 novembre pour en finir avec l'hôpital entreprise !

Publié le par FSC

SOURCE :


 

 

La grogne des soignants ne retombe pas. Plusieurs centaines de médecins et personnels soignants du "collectif inter-hôpitaux" ont décidé jeudi 10 octobre au soir d'organiser "une grande manifestation" le 14 novembre à Paris "pour obtenir un plan d'urgence pour l'hôpital public". 

 
La première assemblée générale de ce collectif récemment créé s'est déroulée dans la capitale, à la faculté de médecine de la Pitié-Salpêtrière, où les nombreux participants ont dû se répartir dans trois amphithéâtres. Dans une ambiance effervescente, les deux motions proposées au vote ont été adoptées à l'unanimité. 

La première reprend les revendications portées depuis bientôt 7 mois par les grévistes des urgences et les syndicats, notamment une "augmentation immédiate de 300 euros net mensuels de tous les salaires" et "l'arrêt des fermetures de lits d'hospitalisation". 

Une manifestation espérée "avec le soutien de la population"
La seconde précise les "modalités d'action" et appelle à rejoindre le mouvement des pompiers le 15 octobre avant un "rassemblement à Paris le 29 octobre", à l'occasion du vote en première lecture du budget de la Sécu à l'Assemblée, puis à une "grande manifestation" le 14 novembre, espérée "avec le soutien de la population". 


Pas d'appel à la grève, donc, ni à une "journée morte", comme l'annonçaient pourtant syndicats et grévistes des urgences la semaine dernière. En revanche, le collectif inter-hôpitaux propose "l'arrêt du codage" des actes médicaux, ce qui priverait les hôpitaux d'une grande partie de leurs ressources financières. "C'est un acte politique, pas technique. On ne joue plus, il faut en finir avec l'hôpital entreprise", a justifié André Grimaldi, ancien chef du service de diabétologie de la Pitié-Salpêtrière. 

C'est la dernière chance de sauver l'hôpital tel que nous le voulons

"Il faut donner envie à Bercy de lâcher du lest. Les +gilets jaunes+ ont réussi, alors les blouses blanches peuvent y arriver aussi", a renchéri Renaud Péquignot, président du syndicat de médecins Action Praticiens Hôpital. "Nous sommes à la croisée des chemins. C'est la dernière chance de sauver l'hôpital tel que nous le voulons", a insisté Antoine Pelissolo, chef du service de psychiatrie de l'hôpital Henri-Mondor (Créteil, Val-de-Marne). 

Le chirurgien Noël Garabedian, président de la commission médicale des Hôpitaux de Paris, s'est inquiété de "voir fuir les personnels" à cause de "salaires qui ne correspondent plus du tout à la réalité". "La pression qui est exercée sur nous pour répondre à la rentabilité est insupportable et beaucoup d'entre nous se demandent s'ils finiront leur carrière à l'hôpital public", a expliqué Hélène Gros, chef du service de médecine interne de l'hôpital Robert-Ballanger (Aulnay-sous-Bois, Seine-Saint-Denis). 

Une "profonde souffrance morale" s'est aussi installée chez les jeunes médecins, à qui "l'hôpital ne parvient plus à garantir des conditions de travail et de sécurité décentes", a témoigné Victor Desplats, président du Syndicat des internes des Hôpitaux de Paris. Au milieu de cette assistance très parisienne, l'écrivaine Marie Desplechin était venue apporter son soutien au collectif : "L'argent, il y en a, c'est une question de choix et moi je vous choisis, vous".

Antoine Pelissolo, chef du service de psychiatrie de l'hôpital Henri-Mondor 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
soyons nombreux à soutenir cette cause , c'est de notre santé qu'il s'agit . on a besoin d'infirmières d'aides soignants(es) pour nous soigner . il faut les valoriser, leur donner les moyens pour travailler .......<br /> le 14 novembre ma famille et moi nous sommes blouses blanches et vous?
Répondre