Laurent BERGER au secours de MACRON

Publié le par FSC

Au moment où des dizaines de milliers de travailleurs décident d’engager la lutte comme à la RATP, EDF, chez les cheminots, dans de nombreux secteurs d’industrie, chez les retraités en action le 8 octobre, le gouvernement engage une vaste opération avec l’aide de tous ses outils de propagande pour justifier le bien-fondé des « réformes » en cours ou à venir dont le but est de supprimer tous repères collectifs, toute solidarité contenue dans les accords et acquis sociaux comme la retraite, la Sécurité Sociale, la santé, les salaires et pensions, les indemnités chômage, le logement, le code du travail…

A ce moment donc Laurent BERGER de la CFDT et Président de la Confédération européenne des syndicats (CES) " récuse l'idée d'un âge de départ [ à la retraite ] collectif, injuste et inutile.".

Autrement dit la détermination d'un droit, d'un repère et d'une garantie COLLECTIVE donc utile à TOUS au profit de la dérive individualiste de notre époque et de l'offensive macronienne contre TOUS les CONQUIS collectifs de la Libération et du programme du Conseil National de la Résistance.

Droits collectifs nullement contradictoires avec la reconnaissance de situations spécifiques et s'agissant du départ à la retraite à 60 ans nullement contradictoire avec des départs anticipés en fonction des situations reconnues précisément dans les régimes spéciaux ... que MACRON veut démolir.

On remarquera qu'à ce propos L. BERGER reprend l'argumentation sur l’iniquité du système actuel ... pour mieux justifier les injustices et l'aggravation de la situation générale des retraités ... de demain !

 

_______________________

 

Laurent BERGER au JDD :


Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, s'exprime dans une tribune publiée par le Journal Du Dimanche sur la réforme des retraites amorcée par le gouvernement.

Le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, appelle de ses vœux une réforme des retraites plus juste, dans une tribune publiée dans le Journal du Dimanche. "Nos régimes de retraite fabriquent aujourd'hui des gagnants et des perdants, et de façon un peu aveugle, ce qui menace à terme le consentement à la répartition", détaille-t-il.

Emmanuel Macron a lancé depuis le 3 octobre dernier, à Rodez, dans l'Aveyron, une grande consultation pour préparer la réforme des retraites à venir. Le travail est colossal, à en croire le gouvernement. Au sommet de l'État, on parle même de "refondation". La réforme des retraites à venir serait plus vaste que la somme de toutes les réformes des retraites menées depuis 30 ans.

"Le mode de calcul des droits n'est globalement pas juste"

Toujours est-il que pour Laurent Berger, "le mode de calcul des droits n'est globalement pas juste" et le système de retraite "ne reconnaît pas correctement la pénibilité du travail et son impact sur la santé et l'espérance de vie". Le secrétaire général estime que "les travailleurs doivent pouvoir organiser eux-mêmes leur départ et mieux choisir l'âge auquel il survient". Laurent Berger conclut, catégorique : "La CFDT récuse l'idée d'un âge de départ collectif, injuste et inutile."

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R
Le CNR et Ambroise CROIZAT estimaient egalement que le systeme etait injuste et inegalitaire mais contrairement a MACRON et son chien de BERGER qui veulent un systeme universel a minima , eux ils s etaient fixe pour objectif de creer un systeme unique et universel avec un alignement par le haut sur les regimes les plus avantageux ...il est regrettable que la CGT ait abandonne cet objectif et s accroche au systeme actuel et ses 42 regimes effectivement tres inegalitaires ou pour un meme salaire la retraite peut etre 30% plus elevee et ou ce ne sont pas les metiers les plus penibles qui permettent des departs anticipes...de plus la CGT semble ignorer que sur ces 42 regimes , seulement une dizaine sont des regimes de salaries , les autres sont des regimes particuliers comme celui des cultes , des clercs de notaire, de l opera de paris et 17 autres sont des regimes de non salaries c est a dire de patrons ou de professions liberales dont la CGT syndicat de salarie n a pas a assurer la defense
Répondre