RETRAITES : TOUS en action le 8 octobre

Publié le par FSC

Dans toute la France MANIFESTATIONS

CGT, FO, CFTC, CFE-CGCn FSUn Solidaires,

FGR-FP, LSR, UNRPA

 

 

« Le pouvoir d'achat des retraités en chute libre depuis 25 ans » !
C'est l'instance officielle Conseil d'Orientation des Retraites qui l'affirmait en 2017. Depuis, en 2017/2018, Emmanuel Macron a foncé tel un rouleau compresseur et a écrasé nos pensions par deux mesures complémentaires, le gel des pensions et l'augmentation de 25 % de la taxe CSG. Pendant le même temps, il supprimait l'ISF et la France devenait championne d'Europe de la distribution des dividendes !

Emmanuel Macron a été stoppé par les fortes mobilisations des retraitées et retraités,
jusqu'à 200 000 dans la rue à l'appel de nos 9 organisations, et souvent la moitié des présences sur les ronds-points tenus par les gilets jaunes.

Emmanuel Macron a cédé en trois fois sur une partie de nos revendications :
annulation de l'augmentation de la CSG en 2019 et fin du gel des pensions en 2020 … mais seulement pour une partie des personnes en retraite, pas pour les célibataires ayant plus de 2 000 €, les personnes en couple à plus de 1 500 €, qui cumulent tous les coups et les coûts …

Il promet le retour à une revalorisation des pensions pour tout le monde en 2021, ce qui n'empêchera pas la baisse du pouvoir d'achat des pensions contrairement à l'indexation des pensions sur les salaires que nous demandons.

Nous connaitrons bientôt l'évolution de nos pensions et l'ampleur des reculs du Président Emmanuel Macron :
tout sera le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) 2020 que le Parlement votera en fin d'année.

Le Président Emmanuel Macron tiendra-t-il ses promesses ? On se souvient que le candidat Emmanuel Macron s'est fait élire par les retraité-e-s en affirmant « Avec moi, le pouvoir d'achat des retraités sera préservé … ».

Le 8 octobre,


soyons des centaines de milliers dans la rue, pour que le gouvernement décide enfin de maintenir notre pouvoir d'achat, de rattraper tout ce que nous avons perdu depuis 2013. C'est possible, nous avons déjà fait un peu céder le gouvernement, il nous faut continuer.

Les retraité-e-s ont raison d'être inquiets :

 

  • Le déremboursement des médica-ments coûte cher aux retraité-e-s qui en consomment plus que la moyenne. Le 0 % de certaines lunettes et certains appareils auditifs, c'est bien, mais il sera payé par l'augmentation des mutuelles, alors que nous ne bénéficions pas de la participation des employeurs, et que le prix de cette mesure risque de se répercuter les cotisations.
     
  • Les moyens aux collectivités locales diminuent (fin de la taxe d'habitation) ce qui va accélérer la disparition des services publics de proximité dont nous avons tant besoin chaque jour, et aussi augmenter les taxes foncières et d'enlèvement des ordures ménagères.
     
  • De plus en plus, internet devient obligatoire, y compris pour prendre rendez-vous chez un médecin. Les services publics doivent être entièrement dématérialisés en 2022, comment faire sans ordinateur (une personne sur cinq, souvent âgée) ?

     

Une réforme des retraites arrive et nous concerne directement, le Haut Conseil à la réforme des retraites veut bloquer la part des pensions dans les richesses créées (13,8 % du PIB) alors que 150 000 personnes de plus touchent une pension chaque année. La même part à se partager entre plus de monde, c'est moins de pension pour chacun !
Pire, le gouvernement veut réduire les dépenses de pension d'ici le 1er janvier 2025, jour de l'application de la réforme !
Nous avons ouvert la brèche, manifestons tous ensemble pour :

 

 

  • La suppression de la hausse de la CSG et la fin du gel des pensions pour toutes les retraites et pensions, avec rattrapage des pertes subies au 1er janvier 2020.

     
  • La revalorisation de toutes les pensions en fonction de l'évolution des salaires.
     
  • Un minimum de pension à hauteur du SMIC pour une carrière complète.
     
  • Le maintien et l'amélioration des pensions de réversion.
     
  • L'embauche immédiate de 40 000 personnes comme le demande le personnel des EHPAD et des soins à domicile. La prise en charge de la perte d'autonomie à 100 % par la Sécurité sociale et l'ouverture d'un droit universel dans le cadre d'un grand service public de l'aide à l'autonomie.

 

____________________


Pour stopper le projet Macron-Delevoye sur les retraites :


tous mobilisés !


IdF : CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, et UNL

 

Toutes les luttes en cours, notamment dans les urgences, chez les sapeurs-pompiers, dans les finances publiques…, démontrent le rejet massif des contre-réformes du gouvernement par les personnels et leur volonté par-là même de défendre les services publics.

Les Unions Régionales Ile-de-France (URIF) CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, et UNL constatent que les salariés du public et du privé, prenant connaissance du contenu du projet Macron-Delevoye de retraite par points, réalisent qu'ils seront perdants.

D'ores et déjà, des grèves et manifestations importantes à l'appel des organisations syndicales ont eu lieu : grève à plus de 90% des agents de la RATP vendredi 13 septembre, manifestation de 20 000 avocats, infirmiers libéraux et pilotes de ligne lundi 16 septembre à Paris, grève massive à EDF jeudi 19 septembre contre le projet Hercule qui vise à privatiser l'entreprise, à démanteler le statut des agents et à impacter en conséquence leur régime de retraite.

Les URIF soutiennent toutes les actions, grèves et manifestations à venir, notamment la manifestation des 9 organisations syndicales de retraités, mardi 8 octobre prochain, qui exigent notamment la suppression de la hausse de la CSG et la revalorisation de toutes les pensions.

Elles soulignent également la mise en demeure adressée par l'intersyndicale des fédérations de l'énergie au gouvernement et à la direction d'EDF pour retirer définitivement le projet Hercule, sans quoi des appels à la grève seront engagés à partir du jeudi 10 octobre.

Dans cette situation, et informées de l'appel à la grève illimitée des syndicats de la RATP et des transports à compter du 5 décembre prochain, pour le rejet du projet de réforme de retraite du gouvernement, elles soutiennent cette mobilisation pour que le gouvernement entende le refus de sa réforme et retire son projet.

En conséquence, les URIF appellent à tenir ensemble, et dès maintenant, dans tous les secteurs du public comme du privé, des réunions et des assemblées générales, pour renforcer les mobilisations et préparer la grève, à partir des revendications de chacun, pour exiger :

  • Maintien de tous les régimes de retraite existants !
  • Retrait du projet Macron-Delevoye sur les retraites !
  • Pour un depart à la retraite à 60 ans à taux plein !

 

Manifestation à Paris « Les

retraités réclament justice ! »


Trajet / parcours :

 

Départ 14h30 de Montparnasse

en direction des Invalides
 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
N
Bonjour Monsieur/Madame,<br /> <br /> je suis Mme Nicole, je suis à la recherche de prêt d’argent depuis plusieurs mois j’ai été 4 fois victimes d’escroquerie. J’avais des dettes et des factures à payer . Je croyais que c’était fini pour moi,qu’il n’y avait plus d’issue…<br /> <br /> Mais heureusement j’ai vu des témoignages faites par beaucoup des personnes sur Mme QUINTANA ,c’est ainsi que je l’ai contacté pour obtenir mon prêt pour régler mes dettes et réaliser mon projet . C est avec Mme QUINTANA que la vie m’a sourie à nouveau c’est une dame très compréhensive . Méfiez vous des prêteurs venants de l’Afrique car, il existe bel et bien des particuliers prêteurs ici en France.<br /> <br /> Si vous avez besoin de financement ; de prêt d’argent ou de n’importe qu’elle projet a réaliser cette DAME va vous aider à le réaliser et vous soutenir financièrement…<br /> Bonne chance<br /> Contact: quintana.financia@gmail.com
Répondre
R
Reclamer la suppression de la hausse de la CSG et non plus la suppression de la C SG c est accepter de fait que la securite sociale ne soit plus financee par les cotisations mais par l impot , depuis quand la CGT est elle favorable a ce type de financement ?
Répondre