UNE BONNE NOUVELLE : les livreurs de plate-forme s'organisent dans la CGT

Publié le par FSC

En arrière plan il y a l'offensive plus globale du capital pour en finir (en tout cas affaiblir fortement) les conquis des institutions du SALARIAT qui au fil des luttes ont produit des garanties pour les travailleurs notamment en matière de protection sociale autour de la COTISATION SOCIALE.

L'offensive contre ces droits n'émane donc pas seulement des plate-formes mais aussi des politiques menées par les oligarchies de manière plus générale comme on peut le constater avec les diverses exonérations patronales.

Qui toutes visent à en finir avec le financement de la protection sociale par la valeur créée par le travail au nom de la compétitivité, de la concurrence et à retourner cette création de richesses qui porte sur des milliards d'euros vers le marché, les assurances, les fonds de pension.

Comme on peut le constater avec la contre-réforme des retraites envisagée par Macron!

___________________________

SOURCE :

 

C’est un moment important de la mobilisation des livreurs à domicile employés par les plateformes numériques comme Deliveroo, Uber Eats ou Stuart. La CGT a rencontré mercredi certains leaders des précédentes grèves pour structurer davantage l’action autour de l’organisation. 
Au cœur des discussions, l’ouverture prochaine dans trois villes de syndicats de livreurs affiliés à la CGT, en plus des trois déjà existants à Bordeaux, Dijon et Lyon. «Ce n’est pas un rapprochement, mais il y a des syndicats qui se montent de manière sérieuse. Le syndicalisme a fait la preuve de son utilité, mais c’était la première réunion dans laquelle il était question de discuter de la structuration», explique Anne Braun, juriste de la confédération. 

En 2017, le Collectif des livreurs autonomes parisiens (Clap) avait été fondé et remplissait jusqu’à présent le rôle de coordinateur de la mobilisation. La confédération devrait désormais davantage structurer les différentes actions, même si le Clap continuera d’exister. 

Dans la forme, les nouveaux syndicats de livreurs affiliés à la CGT devraient se décliner sur le modèle de celui déjà existant à Bordeaux. Sur le fond, ils accompagneront les livreurs dans leurs différents combats, par exemple juridiques. Mais pas seulement : «On espère peser pour obtenir des droits pour les travailleurs de plateformes, notamment en ce qui concerne la protection sociale», détaille Jérôme Pimot, cofondateur du Clap. 

Gurvan Kristanadjaja

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article