COLOMBIE : le peuple se lève !

Publié le par FSC

On remarquera la discrétion absolue de "nos" médias sur ce qui se passe en Colombie allié privilégié des USA dans la région, lieu de crimes innombrables contre les syndicalistes et les défenseurs des droits de l'homme.

C'est que dans son entreprise de déstabilisation de la région, en Bolivie, au Venezuela ... l'impérialisme a un impérieux besoin de ses criminels complices.

C'est donc une nouvelle considérable et réjouissante que cette levée en masse du peuple colombien, signe supplémentaire que les peuples ne veulent plus consentir aux politiques néolibérales là-bas comme ici en France puisque le mouvement colombien est opposé à la suppression du fond de retraite gérés par l’Etat, au  recul de l’age de départ à la retraite et à l'autorisation  des emplois spéciaux pour les jeunes à un salaire en dessous du SMIC .

Uniformité des mesures anti-sociales des oligarchies dans le monde et similitude profonde des protestations populaires.

Et légitimité de ces protestations en dépit des tentatives macroniennes de les désigner comme une simple défense de type catégoriel.

Les révoltes populaires montrent qu'un nouveau cycle mondial s'engage à l'opposé de la phase de régressions générales inaugurée par le coup d'état de Pinochet au Chili, faisant suite à l'effondrement du camp socialiste.

De quoi nous donner du courage et de l'ambition pour notre 5 décembre et ses suites ! 

 

_________________

SOURCE : https://www.initiative-communiste.fr/articles/international/greve-generale-en-colombie-deferlante-populaire-contre-le-regime-duque/

 

 

 

A Medellin, la capitale du département de Antioquia, les étudiants ont été parmi les premiers à manifester.

Face à la mobilisation populaire, le chef du régime, le président d’extrême droite , a ordonné le déploiement de 4000 policiers supplémentaires, la fermeture des frontières et la mise en place d’une surveillance aérienne. D’après la commission des droits de l’homme pour l’ONU, plus de 27 raids ont été menés rien qu’à Bogota, 5 à Cali et 4 à Medelin, pour persécuter les maisons et les bureaux des militants et des organisations et social et de leurs médias alternatifs.

Une mise en œuvre de la machine répressive dans un pays où le gouvernement et ses paramilitaire ont assassinés plus de 777 syndicalistes et 137 personnalités des FARC depuis les accords de paix de 2016.

Les principales organisation de travailleurs, de pays et d’étudiants s’opposent à la politique néolibérale de Duque qui veut supprimer le fond de retraite gérés par l’Etat, reculé l’age de départ à la retraite et autoriser des emplois spéciaux pour les jeunes à un salaire en dessous du SMIC colombien. Des “réformes” et des méthodes qui ne sont pas sans rappeler celle du régime Macron en France au demeurant.

Si le moindre rassemblement de 10 opposants violents au Venezuela fait la une des médias en France, vous pouvez observer la censure totale des manifestations massives en Colombie ou au Chili, de celles contre le coup d’état en Bolivie, où les manifestants se font massacrer. La preuve que la machine médiatique en France, détenue et controlée par les milliardaires n'a que faire des droits de l’homme. Elle défend ses dictateurs, elle combat les gouvernements qui défendent les droits des peuples, ceux de la classe des travailleurs.

JBC pour www.initiative-communiste.fr

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article