LIMOGES :

Publié le par FSC

Le mécontentement, la colère populaire contre la politique du pouvoir et celle de ses soutiens ne cessent de se manifester sous différentes formes de plus en plus déterminées.

Ils tentent d'assimiler cela à la mise en cause de la démocratie et procèdent  à des amalgames avec les violences urbaines ces dernières étant instrumentalisées pour discréditer toute résistance.

Dans ce cas la CGT n'a fait que défendre la mémoire ouvrière et celle de sa propre histoire quand ce pouvoir macronien et ses médias ne cesse d'en favoriser le dénigrement et le mépris.

__________________

 

L'entrée de la Maison du Peuple lui est restée barrée, jeudi soir à Limoges : la députée LREM Sophie Beaudouin-Hubière n'a pas pu tenir le débat sur la réforme des retraites qu'elle devait animer en présence, notamment, de représentants syndicaux et patronaux.

A l'appel de la CGT, une centaine de manifestants l'ont empêchée d'accéder à ce bâtiment municipal, qui est également le siège historique de la CGT à Limoges.


Ils n'ont rien à foutre ici ! " - une manifestante devant la Maison du Peuple de Limoges

A leurs yeux, l'organisation de ce débat dans les murs de la Maison du Peuple "est une provocation". Alors qu'ils soient militants CGT ou opposants non-syndiqués, ils font bloc face à la députée :

"nous on ne discute pas avec nos ennemis. Ce lieu c'est la maison du peuple, pas la maison de la Macronie. De toute façon, ils ne veulent pas débattre, c'est déjà ficelé donc ils n'ont rien à foutre ici !"

La CGT quelque peu dépassée par les évènements [ c'est France Bleu qui le dit dans le droit fil du discours récurrent visant à ringardiser systéùatiquement les syndicats et le CGT en particulier ]
 

Face à ce cordon infranchissable, réaction agacée de Sophie Beaudouin-Hubière, car la députée l'affirme : "nous étions justement venus recueillir les avis des uns et des autres sur cette réforme ! Quand on empêche le débat, on tue un petit peu la démoctratie !"

De leur côté, les responsables CGT ne voulaient pas empêcher le débat, tout juste le perturber ou l'animer. Mais finalement, le syndicat s'est retrouvé dépassée par les évènements et par la motivation des manifestants.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
Organiser un tel débat dans la Maison du Peuple de "Limoges-la-rouge", c'était une véritable provocation. Limousine de naissance, ce soir je ressens une fierté reconnaissante envers mes "pays".
Répondre