MACRON : instrumentalisation des violences !

Publié le par FSC

Ils sont profondément inquiets de ce qui s'annonce à partir du 5 décembre devenu le point de départ et de référence de tous les mécontentements, de la possibilité de les faire véritablement reculer en particulier sur le contre-réforme des retraites, symbole majeur de la régression sociale!

C'est pourquoi comme l'attestent les récentes déclarations de Macron comme du premier ministre ils entendent - afin de diviser et de tenter d'affaiblir ce mouvement - instrumentaliser les violences urbaines :

 

 

En procédant donc à un amalgame entre des groupes dont l'action est suspecte ( pour le moins infiltrés par la police) et le mouvement social de résistance à ces politiques de casse.

La violence policière étant par ailleurs utilisée comme moyen d'intimidation et de peur, visant à dissuader le plus de monde possible de se rendre aux manifestations.

Leur message : " il est dangereux de se retrouver dans les manifestations " dans la mesure où la plupart du temps comme dans le cas de Manu samedi dernier à la Place d'Italie, ce ne sont pas les auteurs de violence qui sont visés, mais les manifestants pacifiques se retrouvant nassés, coincés entre les forces policières et les black blocks.

Tout cela dans le cadre d'une mise en scène portée en particulier par les chaînes d'infos en continu relayant les images de chaos en direct (BFM-TV, C-NEWS et LCI) toutes trois sur la même ligne.

Cette mise en scène et le piège dressé samedi dernier Place d'Italie étant complété, sous la conduite du nouveau préfet de police Didier Lallement,  par l'opération qui a consisté à passer - sans que les manifestants puissent en être informés - d'une manifestation légalement autorisée à une manifestation interdite.

Plaçant par conséquent ceux qui étaient présents sur place en situation de vulnérabilité face à toute intervention policière.

Quant au fond si le droit de manifester continue d'être proclamé c'est son exercice réel qui est visé : par l'intimidation, l'amalgame. et les manipulations, le tout adossé à des campagnes médiatiques visant à présenter la résistance sociale aux entreprises de casse du pouvoir comme violente par nature.

Légitimant par là la répression !

Les manifestations du 5 décembre et leurs suites sont particulièrement visées.

Pour le pouvoir et ses soutiens il s'agit de tenter de renverser le soutien populaire actuel en son contraire sous la bannière du  rétablissement nécessaire de l'ordre.

Au mouvement social, aux organisations syndicales de déjouer cette manoeuvre en montrant d'où vient la violence (les dispositifs policiers visant à l'affrontement systématique), qui en est responsable et complice sans la moindre complaisance vis-à-vis des groupes se réclamant des black blocks agissant de fait contre le mouvement et la convergence des luttes.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article