Au-delà du cas DELEVOYE : TOUT le pouvoir en situation de conflit d'intérêt !

Publié le par FSC

Il y a incontestablement l'épine DELEVOYE dont ils vont avoir beaucoup de mal à se débarrasser.

Et c'est le propre des moments de confrontation de masse que les turpitudes ordinaires de la classe dirigeante, estompées sous la propagande médiatique et la complexité des mécanismes de domination, les constructions d'enfumage, que donc les turpitudes ordinaires se révèlent au plus grand nombre dans leur criante indignité.

Mais dans ce contexte l'enfumage continue et la seule exigence de la démission de DELEVOYE restreint l'horizon de ce que à quoi nous sommes confrontés.

Parce que parler comme ils le font de " conflits d'intérêts " au niveau gouvernemental comme simples dérives de personnages particuliers soumis au contrôle d'une haute autorité de la vie publique c'est se foutre du monde !

Car si le monsieur retraites a " oublié " de signaler ses multiples participations à des thincktancks , à des lobbys liés par exemple aux sociétés d'assurances et que la haute autorité n'a pas cherché à vérifier c'est bien à un SYSTEME auquel nous avons affaire!

Et DELEVOYE il a été nommé par qui ?

Et MACRON ignorait les activités de son monsieur retraites .

ALLONS DONC !

En matière de liens avec les assurances MACRON en connaît un bout!

Ses liens de connivence avec Larry FINK,

avec la société BLACKROCK, Premier gestionnaire d’actifs au monde (7000 milliards de dollars) sont avérés.

Et qui sur recommandation de ladite société a dans la très récente loi PACTE adoptée en avril et promulguée en juin de cette année introduit des dispositions qui visent de fait à permettre de bâtir un PILIER capitalisation voué à marginaliser progressivement le système par répartition ?

VOIR :

http://www.frontsyndical-classe.org/2019/12/quand-jean-francois-cirelli-pdg-de-blackrock-france-veut-mettre-la-main-sur-les-retraites.html

 

Qui sinon Macron lui même a permis cette "ouverture" législative, avec l'approbation servile des députés LREM, le tout sous la conduite gouvernementale d'Edouard PHILIPPE.

Il n'est donc pas étonnant que malgré les révélations sur la conduite de DELEVOYE, ses " cachotteries ", qui auprès de l'opinion fragilisent la crédibilité du pouvoir et sa contre-réforme, eh bien le premier ministre et les députés macroniens affichent leur solidarité à DELEVOYE :

 

Solidarité de classe face aux travailleurs et au peuple qui exprime la détermination de la classe dominante à défendre ses intérêts en assumant le mensonge permanent et structurel qui prétend que les pouvoirs de cette classe - sous les formes politiques diverses, de droite, de "gauche" - ont quelque chose à voir avec l'intérêt général.

Pas d'autre voie pour nous que d'assumer une confrontation frontale avec ces forces et dans un premier temps de leur infliger une défaite politique majeure!

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article