Le FLOP du discours d'Edouard Philippe

Publié le par FSC

Une première réaction sans entrer dans le détail des mesures qui feront l'objet d'autres communications.

L'intervention largement mise en scène du premier ministre devait apporter aux français des éclaircissements sur le contenu de la contre-réforme.

Elle devait isoler les organisations syndicales et les travailleurs qui contestent cette réforme et rallier les organisations qui comme la CFDT sont favorables au régime par point.

PATATRA !

La contre-réforme, les âges, les situations auxquels elle devrait s'appliquer loin de participer à la lisibilité des propositions et à la simplification du système affichent encore davantage de complexité que le système existant.

Pire pour le pouvoir, le déroulé du scenario d'accompagnement du pouvoir par la CFDT auquel on pouvait s'attendre s'est transformé en son inverse.

C'est l'annonce de la volonté du pouvoir d'imposer au-delà de l'âge légal (62 ans) un âge dit pivot ou d'équilibre de 64 ans pour pouvoir liquider à taux complet sa retraite qui s'il n'est pas atteint sera l'occasion de déclencher un malus et donc d'une pension diminuée qui a provoqué la décision de la CFDT à appeler à l'action pour le 17 décembre prochain.

Surprise donc quand on connaît la tradition d'accompagnement des réformes antérieures des retraites par la CFDT (2003, 2010 ...).

Intervention donc qui au final a contribué à élargir l'opposition syndicale aux choix gouvernementaux.

Situation qui conforte la volonté de poursuivre

le mouvement avec l'objectif du retrait et de

réussir à présent un très grand 17 décembre!

Sans perdre de vue que les manœuvres vont se poursuivre et que si la CFDT appelle à l'action à notre connaissance ce n'est pas en commun avec celles déjà engagées dans la lutte, mais surtout pas avec le même objectif.

Ce qu'elle demande au pouvoir c'est de revenir sur sa proposition d'âge pivot et non un retrait, une mise à plat ouvrant la voie à des discussions pour améliorer le système actuel et corriger réellement les inégalités.

Et dans les causes de son positionnement il y a aussi sans doute la nécessité pour les dirigeants de la CFDT de tenir compte des interrogations de ses bases, de l'impact sur elles du mouvement en cours.

____________________

ARGUMENTS QUI PORTENT :

  • Si votre nouveau régime est si favorable pourquoi ne pas l'appliquer à tous tout de suite et au contraire différer selon l'âge, épargner les militaires, les CRS, les pompiers ...
     
  • Vous déclarez la guerre aux régimes spéciaux comme marqueur de votre volonté d'équité et en même temps vous maintenez les régimes spéciaux des forces de l'ordre, des militaires. Dans les faits vous ciblez certains régimes spéciaux et particulièrement les cheminots et les agents de la RATP. Double mesure, double langage.
     
  • Insister sur la situation du Monsieur retraites nommé par Macron Jean-Paul DELEVOYE qui no seulement a cahé sas accointances avec les assurances mais de plus, comme cela vient d'être révélé que :

Après avoir démissionné de la présidence d'un think tank où il était rémunéré 5 300 euros par mois, Jean-Paul Delevoye annonce à CheckNews qu'il va rembourser toutes les sommes perçues. Selon les experts que nous avons interrogés, ce cumul entre une activité professionnelle et un poste au gouvernement était contraire à la Constitution.

Q'ailleurs ils sont tellement gênés là-dessus qu'on n'a plus vu le sieur DELEVOYE sur les plateaux pour défendre la réforme !

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article