MARSEILLE : la grève à l'hôtel INTERCONTINENTAL

Publié le par FSC

REPRIS de : http://ancommunistes.fr/spip.php?article1713

 

les visiteurs, riches touristes étonnés ou militants du coin venus apporter leur soutien.

 

Dans cet hôtel de luxe, comme la direction le définit elle-même, où la moins chère des chambres coûte plusieurs centaines d’euros la nuit, le personnel lui, n’est pas à la fête.

Puisque M. Macron a dit ne pas aimer parler de la pénibilité on peut lui suggérer de venir ici, non pas pour y dormir, ce sont ses lieux habituels et il n’apprendrait rien, mais pour y travailler. Y travailler dans des conditions de domination qui ne manquent pas de révolter, y travailler avec ces plannings flous, ces horaires mal définis et donc en conséquence ces heures supplémentaires non payées, ces salaires bas, cette hiérarchie arrogante et autoritaire.

Et après il faudrait s’étonner que les salariés se mettent en grève et parlent sur leur banderole de souffrance au travail ? Cette grève dont les médias parlent si peu : évidemment ce n’est pas à Hong-Kong…

La direction pour l’instant ne veut pas négocier sur des revendications dont certaines relèvent simplement de la stricte application du code du travail. Pire, constatant que la détermination des salariés ne faiblit pas, elle fait jouer la répression comme ce jeudi où des agents…d’insécurité, dépêchés par la direction, s’en sont pris aux grévistes et les ont molestés…avant de porter plainte sans doute de peur d’avoir des comptes à rendre devant la justice pour leur attitude totalement illégale.

Mal leur en a pris les vidéos en possession de la CGT sont de ce point de vue édifiantes…

Quoi qu’il en soit la grève continue et les grévistes ne lâchent pas. Ils ont simplement besoin de toute notre solidarité financière pour tenir.

On peut les aider en allant les voir pour celles et ceux qui le peuvent et pour tout le monde envoyer vos chèques à UL CGT ST Lazare 2 rue d’Amiens 13003 Marseille en précisant soutien intercontinental.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article