POURQUOI RADIO FRANCE est muette depuis 15 jours ... et pourquoi sa direction et le ministre de la culture font l'autruche !

Publié le par FSC

Signe des temps : la puissance te la durée de cette grève!

Et l'embarras manifeste de dirigeants et du pouvoir de tutelle empêtrés dans leur politique de casse du service public.

Alors que ce média est en bonne santé, fort bien placé en terme d'audience, à l'heure d'une révolution technologique qui exige à la fois plus de moyens matériels et de personnels il pénalise l'outil et ses agents avec un pla de suppression de 300 postes.

La lutte de ces salariés c'est aussi une lutte pour le droit démocratique d'être informé par des outils PUBLICS gagnant leur indépendance par rapport au pouvoir politique et débarassé des journalistes stars enfumeurs au service de l'oligarchie.

Voir notre reprise de l'article d'ACRIMED :

http://www.frontsyndical-classe.org/2019/12/medias-les-salaires-faramineux-des-journalistes-star.html

 

Une lutte qui requiert donc tout notre soutien pour être elle aussi victorieuse.

 

 

PETITION de soutien (près de 50.000 à l'heure actuelle) :

https://www.change.org/p/minist%C3%A8re-de-la-culture-la-radio-publique-en-danger

 

________________________

 


Voilà ci-après que dit l'Express propriété de SFR Presse, groupe créé et détenu par le milliardaire Patrick Drahi.

Mais alors comment expliquer qu'une minorité ait un tel impact sur la diffusion de Radio France qui est obligé de justifier de manière récurrente depuis 15 jours l'impossibilité dans laquelle elle se trouve d'assurer l diffusion des programmes habituels.
D'ailleurs au lieu de donner la parole aux grévistes et aux organisations syndicales les responsables préfèrent psalmodier de manière ridicule depuis 15 jours :

En raison d’un appel à la grève émanant d’une organisation syndicale représentative de Radio France, nous ne sommes pas en mesure de diffuser l’intégralité de nos programmes habituels.

___________________

L'EXPRESS du 9 décembre 2019

Les matinales sur le réseau France Bleu, le 7-9 de France Inter et quelques tranches de Franceinfo ont notamment été affectées. Le syndicat CGT, le seul à avoir déposé un préavis de grève reconductible, a reconduit le mouvement jusqu'à mercredi minuit, ne prévoyant pas d'assemblée générale mardi, jour de manifestation interprofessionnelle contre la réforme des retraites. 

Au 12e jour de grève, le 6 décembre, le taux de grévistes sur l'ensemble de la journée était de 3,69% des effectifs prévus, d'après un décompte communiqué par la direction du groupe. La veille la mobilisation avait été très élevée, jour de grève interprofessionnelle contre la réforme des retraites (19,59% des effectifs prévus). 

Par rapport à 2015, il y a une certaine omerta dans les médias sur ce conflit", a regretté un élu du personnel lors de l'assemblée générale lundi, déplorant par ailleurs que "la direction et le ministère (fassent) la sourde oreille". "Y-a-t-il un ministère de la Culture ? Franck Riester ne répond pas aux demandes des salariés", a-t-il poursuivi. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article