RETRAITES : le goût amer de la retraite par points 20 ans après !

Publié le par FSC

REPRIS du site de Danielle BLEITRACH

La revue Challenge que l’on ne peut pas considérer comme étant à la pointe du combat contre le Capital est obligé de constater les dégâts sur le niveau de vie des Suédois, les femmes en particulier, un système financièrement plus équilibré au profit de qui?  La Suède est passée d’un système par répartition, où les retraites étaient indexées sur les quinze meilleures années d’activité, à un régime universel où chaque couronne cotisée ouvre les mêmes droits. Exactement la même approche que le gouvernement français, qui veut fusionner ses 42 régimes. Une entreprise titanesque vue de Stockholm, dont la mise en œuvre a pris presque dix ans alors que le pays ne comptait qu’un seul régime et qui a pris prétexte du choc de 1990. En fait c’est l’évolution de la social-démocratie quand il n’y a plus eu l’URSS pour justifier les sacrifices auxquels consentait le capital face à la tentation du communisme (note de Danielle Bleitrach).

 

SOURCE : 

https://www.challenges.fr/patrimoine/retraite/en-suede-le-big-bang-des-retraites-a-un-gout-amer-vingt-ans-apres_678053

 

Manifestation contre l’inégalité hommes-femmes, à Stockholm, en 2016. A la retraite, les Suédoises gagnent en moyenne 600 euros de moins par mois que leurs homologues masculins. Et nombre d’entre elles auraient eu des revenus supérieurs avec l’ancien système.

 

A 84 ans, Bertil est un fan de pétanque, qu’il pratique de façon très pro, avec des amis retraités, dans un parc à deux pas du City Hall, l’imposant hôtel de ville tout en briques de Stockholm. Mais lorsque vous lui parlez de sa retraite, il voit rouge. « C’est un système bon à mettre à la poubelle », tacle cet ancien cadre dans l’industrie du parfum. D’après ses calculs, le nouveau système lui a fait perdre environ 700 euros par mois. « Heureusement, j’avais souscrit une épargne privée. Je ne m’attendais pas à ça… », lâche-t-il, en serrant son panama crème entre ses doigts épais. « Avec ma femme, nous avons revu notre train de vie. Fini, les vacances à l’autre bout du monde. Et nous avons dû revendre nos deux voitures. » A quelques mètres de là, Marita, une amie de Bertil, elle aussi retraitée, confirme le diagnostic. Pour toucher une retraite décente, elle a dû travailler jusqu’à 69 ans. Mais vu les prix de la capitale suédoise, avec ses 1.950 euros nets, les fins de mois peuvent être difficiles.

Comme eux, nombre de Suédois n’ont toujours pas digéré leur grande réforme des retraites, ce système à points mis en place il y a vingt ans et dont s’inspire Emmanuel Macron. Et ce, même si personne ne conteste aujourd’hui l’impérieuse nécessité de refondre les règles de l’époque. La Suède est passée d’un système par répartition, où les retraites étaient indexées sur les quinze meilleures années d’activité, à un régime universel où chaque couronne cotisée ouvre les mêmes droits. Exactement la même approche que le gouvernement français, qui veut fusionner ses 42 régimes. Une entreprise titanesque vue de Stockholm, dont la mise en œuvre a pris presque dix ans alors que le pays ne comptait qu’un seul régime.

Réévaluations annuelles

Autre différence majeure avec la France: ce pays nordique a lancé son big bang à la fin des années 1990, au moment où il sortait à peine d’une violente crise financière. « La réforme s’est accompagnée d’économies budgétaires et les pensions ont donc été globalement revues à la baisse », pointe Alain Lefebvre, ancien conseiller social d’ambassadeurs français en Scandinavie. Pour assurer la stabilité financière du système, un mécanisme complexe d’indexation a été créé: les pensions sont réévaluées, chaque année, en fonction de l’espérance de vie et de l’évolution du salaire réel moyen par tête. En cas de réserves financières insuffisantes ou de baisse du nombre d’actifs, un équilibrage automatique se déclenche, pouvant réduire le niveau des pensions, comme en 2010, 2011 et 2014 (voir graphique ci-dessous).

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R
Le systeme suedois dit a compte notionnel a la preference de MACRON car il permet a une instance soit disant independante de fixer la valeur du point en fonction de l esperance de vie et de l evolution du PIB , c est ce systeme qui a abaisse le niveau des retraites en SUEDE et oblige les travailleurs a retarder leur depart en retraite et a de nombreux retraites de reprendre une activite professionnelle ...
Répondre