Tiède présence de Laurent BERGER dans la manif du 17

Publié le par FSC

Le secrétaire général de la CFDT n'a pas l'air très à l'aise dans les manifestations.

Voyez vous il n'est resté qu'une demi-heure à Paris, le temps de passer sur les ondes puis de vite rejoindre son bureau.

 

Dans le contexte de montée déterminée de la lutte, le pouvoir et la CFDT sont gênés aux entournures :

Macron et les siens avec leurs contradictions brûlent d'offrir à la CFDT le prétexte de se " retirer " du mouvement et de s'engager dans des " négociations " qui entérineraient l'acceptation de la contre-réforme.

Mais voilà cela donnerait l'impression de céder à la rue, d'autant qu'ils ont déjà reculé sur plusieurs points pour diviser ( concessions aux routiers, aux policiers et sans doute à d'autres) et d'avoir donc à céder sur le dur : le RETRAIT de la contre-réforme.

Dans les jours qui viennent avec les rencontres de ce jour et de demain on y verra plus clair de ce qui l'emporte du côté du pouvoir : embarquer la CFDT ou faire sans elle.

Pour nous cela ne change rien et l'objectif demeure :

R E T R A I T du contre-projet

pour négocier une amélioration du système

actuel

 

_____________

C'est BFM qui le dit :

 

 

Le départ, ce mardi, de Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, de la manifestation parisienne contre le projet actuel de réforme des retraites a surpris. Son entourage nous assure que la masse des gens autour de lui et la crainte d'un mouvement de foule l'ont conduit à quitter les lieux. 
Comme promis, Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, s'est bien joint, avec son organisation, au cortège qui s'est formé ce mardi après-midi Place de la République à Paris, en vue de rallier la Place de la Nation au bout de son parcours. Son arrivée a permis à cette manifestation contre le projet de réforme des retraites tel que l'imagine le gouvernement de devenir le premier témoignage d'unité syndicale depuis 2010, et les défilés contre le report de l'âge légal de départ à la retraite à 62 ans.


Un discours, quelques questions et puis s'en va 
Seulement voilà, le leader syndical a quitté la manifestation au bout d'une demi-heure à peine, après un bref discours à l'adresse des siens et quelques réponses aux journalistes. 

Selon la réaction que nous avons obtenue de son entourage, il ne faut voir "absolument" aucune raison politique à ce départ aussi précoce qu'inopiné. A en croire les proches du leader syndical, ce dernier est sorti du cortège "parce qu’il y avait trop de monde autour de lui et pour éviter les mouvements de foule". De retour, depuis, au siège de la CFDT, dans le 19e arrondissement, il doit donner une interview radio sur les coups de 18h. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article