Article publié depuis Overblog et Facebook et Twitter

Publié le par FSC

Malgré les dénégations la proximité des dirigeants de la CFDT et de la macronie se confirme.

Pris dans la nasse d'un âge pivot de 65 ans fortement affirmé comme central par les tenants de la contre-réforme, L. BERGER tente de s'en tirer au regard de l'opinion et de ses propres bases en faisant une fois de plus appel aux mêmes économistes qui ont inspiré l'actuelle contre-réforme afin de tenter de trouver des artifices techniques visant à contourner l'âge pivot.

Il s'agit donc pour eux de sauver la face de L. BERGER et du syndicalisme de compromission.

Sans cependant que tout ce beau monde aborde les autres aspects de la contre-réforme : la diminution des pensions de beaucoup avec la seule mesure de la prise en compte de l'ENSEMBLE de la CARRIERE, l'ouverture élargie à la capitalisation, l'aggravation des inégalités entre les secteurs professionnels, l'absence de garanties sur la valeur du point à long terme ...

______________________

ACTUALITÉS 

“Laurent Berger est condamné à obtenir un accord lors de la conférence de financement, sinon il va perdre la face”, ironisait Pierre Roger le 12 janvier, persuadé qu’aucun accord ne sera trouvé à la fin de cette rencontre à la fin du mois. Alors, pour tenter de se préparer à cette bataille, le numéro un de la CFDT a décidé d’organiser des consultations avec des experts.

“On est en train de réunir, y compris des experts, pour travailler sur des propositions extrêmement précises”, a-t-il déclaré sur Franceinfo. Des spécialistes du travail, des intellectuels, mais aussi des économistes. Parmi ces derniers, dévoile Le Monde ce 20 janvier, Jean Pisani-Ferry et Philippe Aghion, proches d’Emmanuel Macron qui l’ont notamment inspiré pour la réforme des retraites. 

Jean Pisani-Ferry était le directeur du programme du candidat d’En marche! en 2017. Il a expliqué au Monde son point de vue sur la réforme: “Les Français n’ont toujours pas compris comment on équilibre un système de retraite par points, et donc quelles seront les règles qui détermineront le montant de leur pension. 

C’est pourtant essentiel pour créer de la confiance au sein de la population”. Ce avant d’ajouter: “J’ai des contacts anciens et réguliers avec la CFDT, sur beaucoup de sujets. Le fait qu’une organisation comme celle-ci prenne en compte les réflexions d’économistes indépendants me paraît être une très bonne chose”. 

De son côté, Philippe Aghion, professeur au Collège de France qui avait soutenu Emmanuel Macron en 2017 est optimiste sur la conférence à venir: “Il est tout à fait possible de trouver des solutions pour garantir l’équilibre du régime sans recourir à l’âge pivot et ainsi permettre à tous les acteurs en présence de sauver la face.


Ces deux économistes ont, parmi d’autres, critiqué le “manque de clarté” de la réforme des retraites et lancé plusieurs avertissements. 

Toutefois, Laurent Berger a tenu à tempérer cette information du Monde, précisant que les deux économistes n’avaient pas conseillé la CFDT, mais que cette dernière les avait simplement “rencontrés” au même titre que d’autres intellectuels.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article