RENNES : des nouvelles du mouvement

Publié le par FSC

 

Après plus de 50 jours de grève et manifestations, la CGT organise un débat précédé d’une « conférence gesticulée », jeudi 6 février, à Rennes, pour redire tout le mal qu’elle pense du projet de réforme des retraites.

Au fil des semaines, le nombre de manifestants diminue. La CGT ne le nie pas, mais elle nuance. « 62 % des Français continuent de soutenir le mouvement. Ensuite plus de 50 jours de mobilisation, c’est le plus long conflit de l’histoire de notre syndicat et forcément la grève se fait sentir sur les feuilles de paye sans parler des pressions terribles exercées sur les salariés du privé qui voudraient faire grève », dénonce Dominique Besson-Milord, secrétaire de l’union départementale.

Valérie Kerauffret, secrétaire de l’union locale, cite le cas d’une salariée d’un fast-food rennais qui a reçu un avertissement pour avoir fait grève. « Nous avons écrit à l’employeur pour lui rappeler les règles de l’exercice du droit de grève. »

Une centaine de nouveaux adhérents

La CGT d’Ille-et-Vilaine a réuni une cinquantaine de responsables de section, jeudi 30 janvier, à Rennes pour son assemblée générale de rentrée. « Ce conflit contre les retraites a suscité une centaine de nouvelles adhésions en Ille-et-Vilaine, 4 300 au plan national », assure la secrétaire de l’UD.

Grève au CHU

Le 14 février, l’hôpital public sera, à nouveau, mobilisé contre le manque de moyens, mais aussi le nouveau mode de calcul des retraites des personnels (sur 25 ans au lieu des 6 derniers mois) « qui se fera au détriment des infirmières et aides-soignantes, des femmes aux petits salaires qui ont connu souvent des carrières hachées », note Nathalie Loinsard (CGT du CHU Pontchaillou).

Prime de feu : qui paiera ?

Les pompiers ont obtenu, eux, une augmentation de leur prime de feu de 19 %, annoncée par le ministre de l’Intérieur. « Pas autant que les 28 % que nous revendiquons, mais c’est une avancée. En revanche, plusieurs élus dans les départements se demandent avec quels moyens ils pourront financer », s’inquiète Hervé Malet (CGT des pompiers du Sdis 35).

Un débat jeudi 6 février


« Derrière ce démantèlement du système des retraites, se cache un projet plus ample de privatisation qui fait la part belle aux assurances privées », dénonce la CGT qui organise une soirée débat sur ce thème, jeudi prochain.

Jeudi 6 février 2020, 18 h, à la Maison des associations, 6, cours des Alliés, à Rennes. « La retraite en danger, toutes et tous concernés », soirée débat précédée d’une causerie gesticulée « La retraite avant l’arthrite et le travail sans ordonnance ».

Laurent LE GOFF.   Ouest-France  
 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article