RETRAITES : le coup de force du pouvoir!

Publié le par FSC

Tentant de mettre à profit la crise actuelle du coronavirus qui préoccupe au premier chef l'opinion, en plein week-end Macron et son premier ministre ont décidé d'utiliser l'article de la constitution qui permet de faire passer une loi sans vote et sans débat au Parlement.

Faisant semblant de réunir le conseil des ministres au sujet du coronavirus en couverture, la décision a été prise en cette occasion ce matin car la constitution exige l'approbation dudit conseil avant l'usage du 49-3.

Preuve de cynisme et de faiblesse face à la condamnation massive de sa contre-réforme dans l'espoir que dans les actuelles circonstances la condamnation de cette décision serait atténuée.
 

Mais le coup a déjà foiré car dès ce samedi soir de fortes  manifestations de protestation ont eu lieu à Paris devant l'Assemblée nationale, à Lyon et au Havre devant la permanence du premier ministre candidat là-bas aux municipales 

 

____________________

 

Le 49-3 ne passe pas… Le local de campagne d’ Edouard Philippe, tête de liste aux municipales au Havre, a été tagué et caillassé ce samedi soir par des manifestants qui ont laissé éclater leur colère après la décision du Premier ministre d’utiliser le 49.3 pour adopter la réforme des retraites.

Réagissant à la décision d’Edouard Philippe d’engager la responsabilité du gouvernement pour faire adopter sans vote le texte sur les retraites, 140 personnes selon la police, parties de l’hôtel de ville, avaient commencé à battre le pavé à la nuit tombée dans les rues du Havre.

Des manifestants ont tagué le local et jeté des pierres sur la vitrine qui a été en partie brisée, des poubelles ont été déversées et une voiture a été dégradée

Une plainte va être déposée pour « dégradations »
L’ex-chef de cabinet du Premier ministre, Mohamed Hamrouni qui a rejoint la campagne d’Edouard Philippe, a annoncé qu’il se rendait au commissariat pour « porter plainte pour dégradations ».*

_____________________

 

Le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, a dénoncé samedi 28 février l’attitude profondément scandaleuse du gouvernement et annoncé une mobilisation des syndicats dès la semaine prochainepour protester contre le recours à l’article 49-3 de la Constitution sur la réforme des retraites.

 

LA MANIFESTATION à PARIS devant l'Assemblée nationale :

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article