TARN : Quand les macronistes mettent en cause la liberté d'expression et de mobilisation

Publié le par FSC

Ils ne se contentent plus de disposer et de contrôler l'immense part des moyens de diffusion privés et publics.

Maintenant ils veulent aussi contrôler et brider ce qui se passe dans l'espace public.

Ne pas laisser faire bien sûr tout en soulignant que tout cela est le signe de leur isolement politique et DONC de la possibilité de les faire reculer et renoncer à leurs contre-réformes!

Sous prétexte de trouble à l'ordre public et avec l'appui récurrent des forces dites de l"ordre ... bourgeois/macronien !

_________________________________

Par Vincent Albinet
Publié le 04/02/2020 

Les candidats aux municipales dans la petite ville de Rabastens ne peuvent plus aller à la rencontre des électeurs sur les allées du marché. Le maire a pris un arrêté y interdisant le tractage alors que la campagne bat son plein. Au prétexte d'un "risque de trouble à l'ordre public". 

Dans les allées du marché de Rabastens, les discussions autour de l'arrêté municipal du 30 janvier ont supplanté les échanges sur les sept essais marqués contre Carmaux lors du dernier match de phase de poule de rugby.

C'est dire à quel point ses administrés se demandent quelle mouche a piqué le maire sortant LREM Pierre Verdier d'interdire ainsi la distribution de tracts sur le marché de plein vent et...de pleine période électorale.

 
"Risques de troubles à l'ordre public"

L'édile, qui ne se représente pas, se défend de vouloir bloquer l'expression publique. Mais il voit dans le tractage sur le marché des "risques de troubles à l'ordre public". La présence de co-listiers de 3 listes aurait ainsi gêné la circulation sur le marché. Et preuve de son grand respect de l'expression démocratique, Pierre Verdier affirme avoir proposé aux candidats de chaque liste de disposer gratuitement d'un étal de 3 mètres dans les allées du marché.
Les autres candidats ont toutefois du mal à comprendre l'arrêté du maire.

"C'est très étonnant de considérer la campagne municipale comme un trouble à l'ordre public. Cela n'est pas faire preuve d'un esprit très démocratique", s'indigne l'un d'eux.

"Si je me souviens bien, lorsqu'il était candidat en 2014, Pierre Verdier a mené campagne dans les allées du marché sans déclencher de trouble particulier à l'ordre publique", remarque perfidement un autre candidat. 

 
Tractage interdit aussi pour les militants syndicaux
En attendant, lors du marché du samedi, la gendarmerie fait appliquer l'arrêté insolite.

Les candidats à la mairie ne sont pas les seuls concernés. La semaine dernière ce sont des militants de la CGT qui ont été priés de distribuer leurs tracts contre la réforme des retraites un peu plus loin.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article