ACHARNEMENT ; Le Royaume-Uni refuse la libération sous caution d’Assange malgré la pandémie de Covid-19

Publié le par FSC

 

Londres, 25 mars (Prensa Latina) La justice britannique a refusé aujourd’hui de libérer Julian Assange sous caution, malgré la crainte que le fondateur de Wikileaks soit infecté par le Covid-19 dans la prison londonienne où il est confiné.


Cette pandémie mondiale ne justifie pas la libération d’Assange, a déclaré la juge Vanessa Baraitser à la fin de l’audience de ce mercredi devant la cour de Westminster, et ce devant un nombre réduit de personnes conformément aux mesures d’éloignement social recommandées par le gouvernement.

La défense du journaliste australien a demandé sa libération sous caution en raison du risque imminent de propagation du nouveau coronavirus dans la prison de haute sécurité où son client attend l’issue d’un procès d’extradition demandé par les États-Unis.

À cet égard, la juge a fait valoir qu’Assange n’était pas le seul détenu vulnérable dans la prison de Belmarsh et qu’aucun cas de Covid-19 n’avait été signalé à ce jour dans ce centre pénitentiaire situé dans le sud-est de Londres.

Baraitser s’est également fondé sur les antécédents du fondateur de Wikileaks, qui a violé en 2012 une caution accordée par la justice britannique, alors qu’il faisait l’objet d’une enquête pour délits sexuels présumés en Suède, en trouvant refuge à l’ambassade de l’Équateur à Londres.

Si je le libère aujourd’hui, il ne reviendra pas faire face à la procédure d’extradition, a déclaré la juge britannique, en référence à la requête déposée par le parquet étasunien immédiatement après qu’Assange ait été arrêté en avril dernier dans la légation diplomatique équatorienne.

À cet égard, la juge a partagé le point de vue exprimé par le représentant de la justice nord-américaine, Clair Dobbin, qui a estimé qu’il y avait un grand risque qu’Assange s’échappe à nouveau.

Les États-Unis ont l’intention de faire payer le cyber-activiste pour avoir publié sur le site Wikileaks des milliers d’archives et de documents secrets où sont exposés des actes de corruption et des crimes de guerre commis par des militaires et des diplomates nord-américains.

S’il était envoyé à Washington, Assange, qui a assisté à la première partie de l’audience de ce mercredi par vidéoconférence depuis la prison, pourrait être condamné à 175 ans de prison pour les 18 chefs d’accusation retenus contre lui.

En soutenant la demande de libération sous caution, l’avocat Edward Fitzgerald a souligné l’état de santé fragile de son client, qui, a-t-il précisé, souffre d’une maladie pulmonaire chronique aggravée par sept ans d’enfermement à l’ambassade de l’Équateur et 11 mois à Belmarsh.

Il y a quelques jours, la présidente de l’Association des gouverneurs de prisons du Royaume-Uni, Andrea Albutt, a averti que ces établissements du Royaume-Uni sont un "terreau" pour le Covid-19, et ce mercredi, le ministre de la Justice, Robert Buckland, a déclaré que le gouvernement envisageait de libérer certains prisonniers pour alléger la pression sur le système pénitentiaire.

Selon le fonctionnaire, la pandémie, qui a déjà fait 422 morts et plus de 8.000 cas contagions dans le pays, représente un grand risque pour les prisons, dont beaucoup sont surpeuplées.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article