Hommage à Daniel MAISONNAVE

Publié le par FSC

Notre camarade Daniel Maisonnave, militant dévoué de la CGT, la grande, celle qu’ont édifiée les grands militants comme Frachon, et qui a lutté jusqu’au bout contre l’éloignement du syndicat de classe qu’a généré l’adhésion à la Confédération européenne des syndicats, toujours présent dans la solidarité internationale et anti-impérialiste, un de ces vaillants camarades qui font la fierté du mouvement ouvrier français, secrétaire des Amis de Karl Marx, vient de décéder, le 8 avril, à 74 ans, d’une longue maladie.

 

Sa compagne, Coco Cazaux, à laquelle nous renouvelons nos condoléances, nous a transmis le message suivant, que nous reproduisons bien volontiers :

 

 

« Depuis sa première carte en 1964, Daniel n'a jamais cessé de combattre pour que la classe ouvrière trouve la dignité et un syndicat la CGT la vraie, l'authentique  dont elle a besoin pour mener à bien la lutte de classe à son terme. Il admirait Roger Etchegaray grand syndicaliste et défenseur des ouvriers qui fut son professeur, son mentor comme il disait, il m'en parlait souvent avec émotion en me disant avec toute la simplicité qui le caractérisait : "je ne lui arrive pas à la cheville".

Daniel était aussi un internationaliste prolétarien pur et dur assumant haut et fort ses convictions et ses valeurs. De tous les combats, de toutes les manifestations pour la Palestine et partout où le capitalisme écrase les peuples et les foudroie !

Il a combattu syndicalement le patronat en tant que délégué syndical toute sa carrière autant qu'il l'a pu et avec ardeur au Crédit Lyonnais avec pugnacité et opiniâtreté ! Faisant peur à ses patrons successifs qui n'ont jamais pu ni l'acheter, ni le licencier ! Il avait cette haine farouche du patron, petit, moyen ou grand, celle qu'il a conservée jusqu'à son dernier souffle. Il a très longtemps été conseiller prud'homal et même pendant plusieurs mandats président du Tribunal des Prud'hommes de Bayonne et, à ce poste comme ailleurs s’est toujours dévoué aux travailleurs : au sein de la commission juridique de l'Union Locale de Bayonne, puis une fois à la retraite de celle de Boucau-Tarnos, défendant les travailleurs, les petits, les humbles, ceux de l'ombre qui n'osaient pas affronter leur patron, toujours disponible, toujours présent, toujours bienveillant envers ces ouvriers, ces salariés perdus. Il était toujours présent et disponible pour les délégués de l'Union Locale de Boucau Tarnos, prodiguant des conseils et soutien quand il le fallait, sans compter ses heures, toujours avec le même objectif : l'émancipation des travailleurs et la fidélité à la lutte des classes.

Il a rejoint ensuite le syndicat des retraités CGT/FSM multi-professionnel de Boucau Tarnos Ondres, dont il a été ces deux dernières années le secrétaire et dans lequel il a milité avec ardeur, exprimant avec toujours autant de véhémence ses idées, ses convictions pour une société ayant pour objectif la liquidation du capitalisme, pour que la cgt redevienne un syndicat de lutte de classe comme elle le fut il y a très longtemps !

Dès 1995, il a aussi participé à différents mouvements syndicaux dans le but de faire revenir la CGT sur des positions de classe : Où va la CGT, Continuer la CGT et le Front syndical de classe.

L’engagement de Daniel dans le combat syndical a été = sans faille et  un modèle pour ses camarades pour lesquels il reste un exemple.

Daniel s’est battu pour transformer la société, il rêvait d'une société socialiste, il s'est bagarré pour faire avancer ses idées de justice et de partage. Tous ceux qui ont croisé son chemin se rappelleront le militant infatigable, respectueux des différences, le redoutable débatteur, sa force de conviction. Tolérant, ouvert et généreux, il laisse un grand vide dans le mouvement ouvrier.

Son engagement politique était intimement lié à son engagement syndical : créateur avec d'autres camarades de l'antenne locale de France-Cuba, après son départ de cette organisation, toujours fidèle à ses convictions et en amitié, il a continué à avoir des liens très rapprochés avec des camarades cubains de lutte et de classe, des camarades qui étaient ses frères, des camarades avec qui je suis toujours en lien.

C'est le même but de changement de société qui l'a amené avec des camarades à fonder en 1999 l'association des Amis de Karl Marx, notre but la Révolution socialiste et prolétarienne, lieu d'échanges, de partages, de camaraderies aussi et de propagande qu'il était le seul à rédiger car, disons le haut et fort Daniel, avait une plume excellente ! Et si certains délégués CGT actuels avaient le culot et l'audace de rédiger un seul exemplaire de tract qu'il pouvait écrire, il y a longtemps que leurs patrons les laisseraient tranquilles et se tiendraient comme des toutous...au pas ! Politiquement, il s'est aussi inscrit dans plusieurs mouvements marxistes, communistes comme le ROCML, l'ANC, toujours dans l'espoir d'une union de toutes les forces politiques prolétariennes afin de créer un parti communiste marxiste-léniniste solide et représentatif.

Il ne se mettait jamais en avant pour lui-même, mais donnait son énergie et agissait pour le bien de tous. Il est parti dans la discrétion, à l'image de l'homme courageux qu'il était. Merci pour cette leçon de vie.

Daniel, tu es et tu resteras pour l'éternité un immense militant sincère et honnête, tu mérites amplement ces deux drapeaux qui seront déposés sur ton cercueil à ta demande : celui de l'Union Soviétique et celui de la FSM, ainsi que l'Internationale, hymne que malheureusement à ton grand regret tu n'as plus pu entendre dans aucune manif de Bayonne ces dernières luttes passées et que nous chantions encore tous les deux chez nous avec ardeur il y a maintenant un petit peu plus d'un mois.

Parti, tu nous laisses désormais la tâche de poursuivre les combats qui ont été les tiens jusqu'au bout de ta vie et nous essayerons de nous montrer à la hauteur de ces combats !

Comme tu me le disais souvent lors de nos échanges le poing levé :

VINCEREMOS ! HASTA LA VICTORIA SIEMPRE !

 

Coco Cazaux »

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article