Guerre du Vietnam : agent orange crime contre l'humanité

Publié le par FSC

8 mai 2020 : anniversaire du 8 mai 1945.

Défaite et capitulation du nazisme qui a débouché sur la condamnation universelle des crimes commis et la qualification de ces crimes comme crimes contre l'humanité

D'autres crimes comme ceux commis durant la guerre du Vietnam par les responsables américains n'ont pas eux aboutis aux mêmes condamnations.

Le déni de ces crimes, y compris par les autorités juridiques et morales du monde occidental couvert par le silence des médias système  nous font courir de ce fait le risque d'une répétition de ces forfaits.

 

C'est pourquoi en cette occasion de commémoration historique, face au cynisme de ceux qui évoquent en permanence l'utilisation d'armes chimiques pour disqualifier leurs cibles géopolitiques rappelons les responsabilités occidentales dans l'usage des " armes de destruction massive " !

 

_______________________

SOURCE : https://aafv94.com/2020/03/01/huit-heures-de-solidarite-avec-les-victimes-de-lagent-orange/

 

De nombreuses personnalités des sciences, des arts, de la société civile… ont participé aux « Huit heures de solidarité avec les victimes de l’agent orange/dioxine », tenues le 22 février à Paris.

Notre amie Nguyên Dac Nhu-Mai y a consacré un article publié sur le site du Courrier du Vietnam le 25/02/2020.


Plus de 45 ans après que la guerre du Vietnam (1955 et 1975) soit achevée, les Vietnamiens en subissent encore ses conséquences. L’agent orange/dioxine (AOD) utilisé par l’armée américaine comme herbicide pour dégager la jungle fait encore des victimes jusqu’aux troisième et quatrième générations (1).

Lors du débat et des échanges avec les participants aux « Huit heures avec les victimes de l’agent orange/dioxine », tenu le 22 février de 14h00 à 22h00 à Paris au centre Jean Dame (17, rue Léopold-Bellan),  Trân Tô Nga (2), jeune journaliste pendant la guerre sur la piste Hô Chi Minh, exposée à l’agent orange, a expliqué que des études ont déjà montré un lien entre la présence de l’AOD et le développement de cancers de la prostate et du poumon, mais aussi de diabète, de cécité ou de malformations congénitales.

Les populations locales, ainsi que les civils et militaires américains et alliés, ont été contaminés. La dioxine, qui est stockée dans la graisse, peut être relâchée dans l’organisme bien longtemps après la contamination.

Le procès de Trân Tô Nga contre les firmes américaines qui ont fabriqué ce produit chimique, le plus toxique inventé par des hommes, est non seulement celui de la justice pour elle-même, victime française défendue par des avocats français du tribunal d’Evry (Essonne) mais aussi pour toutes les victimes vietnamiennes, c’est-à-dire entre deux et cinq millions de personnes directement affectées par ce produit toxique.

Or, les deux procès intentés par l’Association des victimes vietnamiennes de l’agent orange/dioxine (VAVA) aux États-Unis en 2004 et 2006 ont été déboutés par le juge Jack Weinstein au Tribunal de Première Instance.

Pour le juge américain, l’herbicide n’était alors pas un poison, selon le droit international, et il n’y avait donc pas d’interdiction à l’utiliser. Les industriels américains viennent pourtant d’être condamnés en Corée du Sud à indemniser trente-neuf anciens combattants de la guerre du Vietnam, eux aussi victimes du défoliant.

Les pensionnaires du Village de l’amitié de Van Canh – Hanoi montrés dans le film « Lighter than Agent orange » de Matthias Léopold sont tous nés après-guerre. Ils appartiennent aux deuxième et troisième générations de victimes du terrible herbicide.

Cependant, le combat de Trân Tô Nga est aussi un combat politique par le refus américain de l’indemnisation : le 3 février 1994, le président Bill Clinton lève l’embargo instauré à la fin de la guerre par les États-Unis contre le Vietnam. Parmi les conditions posées par le gouvernement américain à cette décision figure le refus de toutes réparations de guerre.

Par ailleurs, rappelons qu’à Paris en 2009 l’AIJD (Association internationale des juristes démocrates) a instauré le tribunal d’opinion dénonçant le génocide (3) commis par les firmes américaines à l’encontre des victimes Vietnamiennes et, en 2012, a appelé le Conseil des droits de l’homme de l’ONU à protéger les intérêts des victimes, en abordant le procès de celle-ci lors de la 20e session du Conseil des droits de l’homme de l’ONU, le 28 juin 2012 à Genève (Suisse).

La participation de la chorale Quê Huong, l’intermède de Marie Ann Tran avec quelques chansons et le concert de Watermelon Slim, ancien vétéran et victime américaine de l’AOD, ont été appréciés à ces « Huit heures de solidarité » avec Trân Tô Nga et les victimes soutenues par la VAVA.

Texte e

Texte et photo : Nguyên Dac Nhu Mai/CVN
Représentante permanente de la VAVA en France

Union générale des Vietnamiens de France : un parcours de 100 ans
Journée de solidarité avec les victimes vietnamiennes de l’agent orange/dioxine

Notes :
(1) La guerre du Vietnam fut la plus grande guerre chimique de tous les temps. Au moins 80 millions de litres de dioxine ont été déversés sur le Vietnam par l’armée américaine et ses collaborateurs sud-vietnamiens. Avec comme conséquences 4 millions de victimes et un véritable  écocide, le poison ayant contaminé les corps, la terre et l’eau.  Près de 45 ans après la fin de la guerre, l’agent orange-dioxine tue encore (la 4e génération est atteinte). Et la nature souffre, les bombardements et les épandages de dioxine aggravant les conséquences du dérèglement climatique. Jeune journaliste pendant la guerre sur la piste Hô Chi Minh, exposée à l’agent orange, Trân Tô Nga a développé de sévères pathologies liées à la dioxine.

(2) En mai 2017, un comité de soutien à Trân Tô Nga dans son procès a été créé, à l’initiative notamment de l’UGVF (Union générale des Vietnamiens de France), du Village de l’amitié de Van Canh, du Collectif Vietnam-dioxine et de l’AAFV (Association d’amitié franco-vietnamienne).

(3) Ecocide au Vietnam : Dans le cadre des deux ateliers concernant le développement durable, il est fondamental de rappeler l’impact de la dioxine sur l’environnement et la santé humaine au Vietnam. Quoi de plus “insoutenable” en effet, au présent et au futur, que les conséquences des épandages criminels d’agent orange/dioxine, première guerre chimique d’envergure de l’histoire? Le principe du pollueur-payeur réclame aux États-Unis une prise de conscience, des réparations et des mesures de prévention. Les 9es assises de la coopération décentralisée franco-vietnamienne de Brest – 9 au 12 juin 2013, paru dans le site http://www.faaod.fr/260487989.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

ALAIN STEINBERG 08/05/2020 10:02

Bravo pour cet article si JUSTEet CLAIR !!......cependant vous y realisez le "tour de force " de NE PAS CITER le nom de monsanto, rachete recemment par bayer lui meme cousin de ig farben employeur de travailleurs forcés à auschwitz !!!! ENCORE BRAVO !!!