HOPITAL : ce n'est pas de belles vacances dont nous avons d'abord besoin, mais de postes, de lits, de moyens de protection, d'un plan public massif ... !

Publié le par FSC

REPRIS du site CGT Unilever Le Meux

SOURCE : L'Humanité

supplémentaire, afin de récupérer après la crise. Du fait des sous-effectifs chroniques dans les hôpitaux, cela mettrait en danger leur bon fonctionnement. Ces jours seraient donc convertis en espèces pour aider les soignants à « s’offrir de belles vacances ». Non mais, vous ne croyez pas que vous vous moquez de nous, mesdames et messieurs les députés ! On frise l’insulte ! Ce que nous demandons depuis un an, ce sont des embauches de personnels, notamment pour que nous puissions prendre nos repos et partir en vacances normalement. Nous exigeons aussi des augmentations de salaires immédiates, à savoir 300 euros mensuels. Vous avez déjà refusé en octobre de répondre à notre demande lors du vote de la loi de financement de la Sécurité sociale. Et maintenant, vous demandez que d’autres salariés nous fassent l’aumône… Ministre de la Santé et ex-rapporteur de cette loi, Olivier Véran nous a promis une « prime » pour solde de tout compte, en remerciement de notre engagement dans la crise. Prime qui ne sera d’ailleurs pas versée à tout le monde, et pas avant fin juin – on attend toujours les décrets, lesquels peuvent réserver des surprises. Cela commence à suffire ! Nous allons être clairs : nous ne voulons pas prendre à d’autres salariés des jours de congé ou de RTT. Nous vous demandons de voter une loi qui décide d’un plan de formation et de recrutement pour les hôpitaux et les Ehpad, d’augmentations de salaires immédiates et qui enjoigne le gouvernement à engager des négociations sur la revalorisation des grilles de rémunérations des personnels hospitaliers.
 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article