RENAULT SANDOUVILLE : BFM, les Echos, la CFDT mentent !

Publié le par FSC

Ce matin encore (mardi 12 mai) sur BFM Business on peut entendre que le jugement du tribunal judiciaire du Havre saisi par la CGT s'est seulement prononcé sur un vice de procédure concernant la consultation du personnel.

Sous-entendu ce ne sont pas des préoccupations sanitaires qui ont guidé le jugement judiciaire.

C'est par ce biais qu'une véritable campagne a été déclanché contre l'initiative de la CGT avec le  tête Laurent BERGER et la CFDT suivie par tout l'arsenal médiatique et la direction du groupe automobile :

Or cette campagne repose sur un

MENSONGE : 

 

En effet, la direction du groupe, qui fera appel, tend à limiter la portée du jugement en prétendant qu'i porte seulement sur les modalités de consultation et de présentation aux représentants du personnel, mais ne remet en pas en cause le référentiel sanitaire élaboré pour permettre la reprise. 

ALORS que les griefs du tribunal sont explicitent et qu' Il estime que Renault n’a pas suffisamment évalué les risques propres à l’usine, que le personnel n’a pas été formé aux règles sanitaires à respecter et qu’il n’a pas été élaboré de protocole pour l’accueil des personnels extérieurs (livreurs, prestataires).

 

Signe que ce combat est un enjeu pour TOUS les travailleurs, et pour le mouvement syndical :

En utilisant la volonté de sortie du confinement, de reprise du travail par les salariés les médias, la CFDT notamment et le direction du groupe et le patronat tentent d'isoler la CGT.

Il s'agit pour eux de faire prévaloir les impératifs économiques sur la santé des travailleurs et au nom du " dialogue social" de mettre les organisations syndicales à la remorque des objectifs du patronat et des actionnaires.

Raisons de ne pas céder à cette offensive qui préfigure l'affrontement de classe auquel les travailleurs vont avoir à faire face pour ne pas payer la crise et à l'inverse passe à l'offensive pour leurs droits et la nécessité d'une véritable RUPTURE avec les politiques anti-sociales menées depuis des dizaines d'années !

Pour Gérard Le Corre de la CGT Seine-Maritime, au contraire, la décision est  un point d’appui important pour les équipes syndicales de milliers d’usines ou d’entreprises où l’activité reprend sans consulter correctement les représentants du personnel et sans prendre toutes les mesures de prévention nécessaires .

___________________________

La réaction du Mantois

 

Depuis que la Justice, saisie par la CGT, oblige Renault-Sandouville à assurer la santé et la sécurité au travail de ses salariés dans le respect du droit, une rage haineuse s'est emparée des pommadés dans les médias aux ordres. Sans parler de la Cfdt et consorts préférant, eux également, se ranger sous les ordres du patronat.

Or qu'a précisé le tribunal du Havre, le 7 mai, 2020, afin que Renault-Sandouville respecte le droit, tout le droit et rien que le droit?

  • l’évaluation des risques était insuffisante et ne garantissait pas une maîtrise satisfaisante des risques spécifiques à cette situation exceptionnelle ;

 

  • le CSE doit être consulté sur les équipements de protection individuelle et Renault doit organiser et dispenser à chacun des salariés une formation pratique et appropriée conforme à la réglementation générale incluant les équipements de protection individuelle.

Le syndicalisme a pour devoir de défendre les intérêts des travailleurs en toute circonstance et de faire respecter le droit  à une direction d'entreprise ou d'établissement dans le privé comme dans le public. A moins d'être le partenaire social du capital qui se veut être prédominant sur la justice indépendante régie par la Loi, toute la loi et rien que la Loi.

________________________________

 

Communique de la CGT

du 11 mai 2020

 

La santé des salariés de Renault Sandouville doit être préservée ! La justice donne raison à la CGT

Reprendre une activité sur le site de Sandouville, dans un contexte de risque de contamination des salariés par le virus Covid-19, a des conséquences importantes pour leur santé et leurs conditions de travail, sur le plan biologique mais aussi psychosocial.

Dans ces conditions, il était obligatoire de convoquer, en bonne et due forme, les membres de la commission santé, sécurité et conditions de travail (la CSSCT) et le CSE et d’associer chacun de leurs membres à l’élaboration d’une évaluation des risques (comme la loi l’impose) afin qu’ils puissent avoir suffisamment d’éléments pour donner un avis et assurer au mieux la santé des salariés.

La direction de Renault Sandouville n’a pas tenu compte de ses obligations légales et s’est contentée d’informer les élus des dispositions qu’elle a, elle seule, décidé de mettre en œuvre, en violation des dispositions du Code du travail mais, aussi, en violation de l’accord d’entreprise du 17 juillet 2018.

La CGT a donc été contrainte de saisir le tribunal judiciaire du Havre pour que le droit soit appliqué et que les mesures de reprise de l’activité permettent effectivement d’assurer la santé et la sécurité des travailleurs.

Dans sa décision du 7 mai 2020, le juge a donné raison à la CGT. Sans être exhaustif, le jugement précise que :

l’évaluation des risques était insuffisante et ne garantissait pas une maîtrise satisfaisante des risques spécifiques à cette situation exceptionnelle ;
le CSE doit être consulté sur les équipements de protection individuelle et Renault doit organiser et dispenser à chacun des salariés une formation pratique et appropriée conforme à la réglementation générale incluant les équipements de protection individuelle.
Le tribunal a donc condamné Renault à suspendre la reprise de la production sur le site de Sandouville le temps de la régularisation de la procédure de consultation et de procéder à une évaluation des risques, à la mise en œuvre des mesures de prévention... garantissant un meilleur niveau de protection de la santé et de la sécurité des travailleurs !

Si la direction avait respecté ses obligations légales et la santé des salariés, il n’aurait pas été nécessaire d’en appeler au juge et la suspension provisoire de l’activité n’aurait pas eu lieu ! 

Manifestement, la direction semble persister à vouloir générer et instrumentaliser le mécontentement des salariés qui souhaitaient reprendre le travail (intérimaires et CDI) à l’encontre de la CGT, en lui faisant porter la responsabilité de futures séances travaillées le samedi ou les jours fériés... Séances supplémentaires de travail et réduction des congés d’été, qu’elle a déjà prévues d’imposer à l’avenir et qui ont été ratifiées à plusieurs reprises par voie d’accords par les syndicats CFDT, CFE-CGC et FO. Seule la CGT ne les ayant pas signés !

Un déchainement médiatique qui en dit long !

À entendre ou lire les médias, le jugement rendu par le tribunal du Havre ne porterait que sur « des défauts de procédures, sur les modalités de présentation de l'ensemble des mesures de prévention... ». Et, pour d’autres, la saisine du tribunal serait « ... irresponsable et infondée ... Les clients risqueraient de se tourner vers la concurrence, si on ne peut plus produire ? »

Le jugement du tribunal porte sur des questions de procédures et d’application d’accord mais qui, en l’occurrence, n’ont pas été respectées. Et, c’est pour cela que le tribunal a considéré « ... que l’évaluation des risques était insuffisante et, à tout le moins, incomplète, ne garantissant pas une maîtrise satisfaisante des risques spécifiques à cette situation exceptionnelle... » C’est bien de la préservation de la santé des salariés dont il est finalement question ici et pas seulement de procédure !

Qu’y aurait-il « d’irresponsable » à saisir un tribunal dont la fonction est précisément de juger et de dire le droit. N’est-ce pas le b.a.-ba du syndicalisme que de défendre l’intérêt des salariés et faire respecter les droits qui s’imposent à une direction d’entreprise ! Ou devrions nous admettre que les directions d’entreprise puissent se soustraire à la loi, à leurs propres accords d’entreprise au nom de considérations exclusivement économiques ?

Dans ces conditions, « le dialogue social » est synonyme d’allégeance aux thèses libérales selon lesquelles le marché pour le marché de toutes les activités humaines est un dogme indiscutable, quand bien même, il met en péril la planète et les conditions de vie de ses populations.

De la même manière, s’il ne faut plus saisir les tribunaux parce qu’ils peuvent faire suspendre une activité qui elle-même peut faire perdre des clients, alors il faut supprimer le droit des syndicats à saisir les tribunaux, le droit des salariés à faire grève et in fine, il faut alors supprimer les tribunaux eux-mêmes !

Depuis le début de la pandémie, nous étions malheureusement habitués aux déclarations patronales, des éditocrâtes de tous poils qui n’ont pas hésité à en appeler au sacrifice de vies d’un petit nombre, « pour éviter de mettre au chômage des milliers de gens.... » au nom de « la loi du marché ». Loi divine selon les cercles patronaux qui devrait se subsister « à la justice des hommes ».

Mais, force nous est de constater que ce sont des représentants d’organisations syndicales qui se sont fait les porte-paroles des thèses néolibérales pour lesquelles la vie n’est que marchandise ! 

Et ce qui serait acceptable chez Amazon (la CFDT était intervenante volontaire lors de l'audience de la Cour d'appel de Versailles) ne le serait pas chez Renault.

Dans l’instant, ils ont manifestement oublié leur propre raison d’être et se sont placés comme « les partenaires » d’une logique mortifère pour les droits sociaux et pour le droit à la vie en général.

Si le syndicalisme (et les droits des travailleurs) ne sort pas grandi par ces prises de position, la direction de Renault et le patronat en général se frottent les mains. Il est toujours temps de se ressaisir !

Et tiens en passant, le télétravail qui serait le nouveau genre heureux au turbin. Pour réfléchir et ne pas en rire.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article