Le passé en matière de santé du nouveau premier ministre

Publié le par FSC

Billet d'humeur du jour
Dr Christophe Prudhomme

 

 

Le nouveau Premier ministre, Jean Castex, n’est pas un inconnu dans le monde de la santé. Il a été responsable de la Direction de l’hospitalisation et de l’organisation des soins dans le ministère de Philippe Douste-Blazy et ensuite directeur de cabinet de Xavier Bertrand.
Son bilan est impressionnant :

* généralisation de la tarification à l’activité transformant les hôpitaux en entreprises productrices de soins,

* mise en avant de l’ambulatoire avec des fermetures massives de lits,

*préparation de la loi Bachelot qui a tué la démocratie à l’hôpital en concentrant tous les pouvoirs dans les mains du directeur.

 

En résumé, il a mis en place une bonne partie des mesures qui ont conduit à la situation catastrophique que connaît aujourd’hui l’hôpital public et qui a provoqué la révolte des personnels.

Une de ses premières déclarations a été d’annoncer vouloir boucler le Ségur de la santé avant la fin de la semaine qui suit sa nomination. Quel volontarisme !

N’en déplaise à ce monsieur, pour l’instant aucun des partenaires sociaux n’est satisfait de ce qui a été mis sur la table par le ministre de la santé qui a été reconduit dans ses fonctions. A moins de débloquer enfin les milliards qui manquent pour augmenter les salaires et embaucher, son objectif paraît difficile à atteindre, sauf à passer en force. Si c’était son choix, ce serait un très mauvais début et cela confirmerait qu’il reste dans la droite ligne de ce qu’il a accompli sous les gouvernements Chirac et Sarkozy.

Les personnels de santé ne peuvent donc qu’être inquiets face à cet homme, technocrate qui a toujours appliqué avec zèle les réformes libérales des gouvernements qu’il a servis. Cependant, les urgentistes ont eu à traiter avec lui en 2005-2006 et le rapport de forces l’avait fait céder. Cet exemple ne peut que renforcer notre engagement à poursuivre la mobilisation, notamment le 14 juillet avec de multiples actions dont une grande manifestation à Paris de la République à la Bastille.

 

Une expression que nos grands médias indépendants n'ont pas vu :

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article