La pègre blairiste suspend Corbyn du Labour

Publié le par FSC

La pègre blairiste relayée en France par la pègre hollandiste et la presse système amalgamant crapuleusement la condamnation de la politique criminelle de Netanyahou et l'antisémitisme.

Les mêmes qui assimilent nazisme et communisme et  prétendent qu'avec leur démocratie libérale-libertaire qui leur a servi de couverture dans le combat contre le communisme et les pays socialistes ils vont vaincre l'islamisme radical.

Tandis qu'ils n'ont cessé et ne cesse de s'allier avec les mouvements et les états qui répandent la peste islamo-fasciste partout dans le monde de l'Afghanistan et du Quatar à l'Arabie saoudite.

 

___________________

SOURCE : Le blog d'Antoine Manessis

Ils ont osé. Jeremy Corbyn qui dirigea le Parti travailliste britannique de 2015 à 2020 vient d'être suspendu de son parti.

Pourquoi?

Un Comité pour l’égalité et les droits humains du Labour a rendu un rapport accablant contre Jeremy Corbyn,  dénonçant des défaillances "inexcusables et un manque de volonté de s’attaquer à l’antisémitisme plutôt qu’une inaptitude à le faire". Le nouveau chef du Labour, Keir Starmer, a déclaré que c’était un "jour de honte" pour son parti.

On sait que ces accusations d'antisémitisme sont récurrentes à l'égard de toute personnalité de gauche un tant soit peu honnête, cohérente et anti-impérialiste. Corbyn fut ciblé mais aussi  Bernie Sanders, Mikis Théodorakis ou Jean-Luc Mélenchon.

Le Monde comme la quasi totalité des médias "main stream" se sont engouffrés dans cette brèche fabriquée de toute pièce pour criminaliser et disqualifier la gauche. Inutile de dire que l'antisionisme est amalgamé à l'antisémitisme. Valls ou Macron font de même, nous donnant ainsi l'occasion de constater leur perversité intellectuelle. Lire à ce propos l'article de Daniel Finn dans Le Monde diplomatique: Contre Jeremy Corbyn, l'antisémitisme, l'arme fatale. https://www.monde-diplomatique.fr/2019/06/FINN/59943

La grande peur de la bourgeoisie fut immense. Même Staline fut appelé à la rescousse : Boris Johnson, l'actuel premier ministre britannique, avait déclaré " La tragédie du Labour de Jeremy Corbyn, c’est qu’il déteste si viscéralement le profit et qu’il va tellement augmenter les impôts qu’il détruira les bases de la prospérité de ce pays. Ils prétendent que leur haine n’est dirigée que contre certains milliardaires, qu’ils pointent du doigt avec un plaisir revanchard qu’on n’avait plus vu depuis que Staline a persécuté les koulaks [les riches paysans expropriés sous le régime soviétique]". 

Corbyn, déjà écarté de la direction du Labour, doit être politiquement achevé. C'est le sens de cette relance de la campagne de calomnie  sans l'ombre du moindre fondement contre un combattant de longue date, en paroles et en actes, contre toutes les formes de racisme, y compris l'antisémitisme. Au-delà même de Corbyn il s'agit de marginaliser et de criminaliser les femmes et les hommes de gauche, les idées de gauche au sein du parti travailliste et du mouvement syndical.

L'aile droite du parti travailliste, des députés, des dirigeants, blairistes et centristes, ont participé de façon centrale, en lien avec les grands milieux d'affaire et les médias, a cette entreprise de démolition de la gauche travailliste. Les hésitations, les tergiversations, les reculs de l'équipe de Corbyn, en particulier sur la question du Brexit, ont été fatales à la gauche.

Le parti communiste britannique appelle à l'expression de la solidarité avec Jeremy Corbyn, à lutter dans le Labour et les syndicats pour exiger sa réintégration et à combattre la tentative de marginalisation de la gauche.

Le PC ajoute "Une leçon claire des 100 dernières années est qu'un parti communiste plus grand et plus fort peut jouer un rôle crucial dans la construction et le renforcement d'une telle contre-offensive.
Sans cette résistance, il y a un danger croissant que la classe dirigeante britannique conçoive un "gouvernement national" pour sauver ou remplacer un gouvernement conservateur divisé et consolider un système capitaliste en crise - avec le soutien des anti-socialistes d'un parti travailliste dirigé par Starmer."

 

Antoine Manessis.

 

* Morning Star journal de gauche proche du Parti communiste de Grande -Bretagne.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article