Mercenaires macroniens en rescousse pour liquider les emplois !

Publié le par FSC

C'est notre camarade Danielle de Clermont qui nous envoie cette info concernant ce qui se passe dans l'entreprise Aperam 

 

 

 

 

 

Aperam est un acteur mondial des aciers inoxydables, électriques et spéciaux, avec des clients dans plus de 40 pays. Aperam dispose de 2.5 millions de tonnes de capacités d’acier inoxydable et d’acier plat au Brésil et en Europe. C’est aussi la branche d’inox d’ArcelorMittal. Il est un leader des produits spécialisés à haute valeur ajoutée. Aperam dispose d’un réseau de distribution, de traitement et de services hautement intégré et d’une capacité unique à produire de l’acier inoxydable et des produits spéciaux à partir de biomasse à faible coût (charbon de bois au brésil grâce aux forêts d’eucalyptus). Son réseau industriel est réparti sur 6 sites de production situés au Brésil, en Belgique et en France. La société est organisée en trois principaux secteurs opérationnels : acier inoxydable et acier électrique, services et solutions et alliages et spécialités. Aperam s’est séparé d’Arcelor Mittal à partir de 2011, elle est cotée aux bourses d’Amsterdam, Paris et du Luxembourg.

site aperam isbergues

Les principales usines européennes d'Aperam sont situées en Belgique (Châtelet et Genk) et en France (Gueugnon, Isbergues et Imphy). Les installations européennes utilisent des fours électriques et recyclent des ferrailles d'inox grâce à notamment Recyco présent sur le site d’Isbergues. Les installations brésiliennes d'Aperam correspondent principalement à Acesita, qui a été privatisé par le gouvernement brésilien en 1992, acheté par Usinor en 1998, elle est devenue une filiale en propriété exclusive d'ArcelorMittal en 2007. Il y a 40,83% des actions d'Aperam qui sont détenues par la famille Mittal. L’inox est destiné à tout type d’utilisation : La société APERAM vend l’inox sous forme de bobine complète, ou à la découpe pour de grosse commande. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article