Ce 1er mai : des dizaines de milliers de manifestants dans les rues en dépit de la tension entretenue par le pouvoir, du dispositif policier et de l'action fascisante des blackbloks !

Publié le par FSC

Ce 1er mai était un test pour le monde du travail, les syndicats, la CGT ...

Du côté du pouvoir et des médias système la tension était entretenue à l'occasion de la pandémie pour jouer à fond sur la passivité et l'inquiétude des salariés, des précaires, de la jeunesse face à l'avenir et à la dégradation sociale, aux plans de licenciements massifs, aux menaces qui planent sur le monde du travail et le peuple.

Test réussi !

En dépit donc du climat général et sur le terrain en dépit des dispositifs policiers mis en place et des blackblocks complices du pouvoir qui s'en sont pris aux militants de la CGT notamment à Paris.

Un encouragement à développer les luttes et à ne rien lâcher comme dans la lutte exemplaire et courageuse des travailleurs de la fonderie de Bretagne!

 

 

 

MANIF de Beauvais :

 

 

 

LE SALE BOULOT des blackblocks

contre le mouvement social

 

Les faits ne sont pas nouveaux mais revêtent un caractère de gravité particulier  par leur violence et du fait que les ou le groupe en question s'en prennent directement aux militants de la CGT.

Faisant ainsi le jeu de la pire réaction.

Quant à la revendication d'appartenance aux gilets jaunes on peut légitimement se demander quelles manoeuvres d'enfumage et de provocation elle recouvre tant objectivement le sens des agressions antisyndicales de ce 1er mai s'apparente davantage aux traditions de l'extrême droite fasciste, à sa haine des travailleurs organisés et de la CGT en particulier!

 

Le Parisien 

Le 1 mai 2021 

A chaque manifestation ou presque, les mêmes images reviennent. Celles d’affrontements entre des groupuscules violents et les forces de l’ordre. Mais c’est une attaque plus inhabituelle qui s’est produite samedi en fin d’après-midi, dans le cadre de la manifestation organisée pour la fête du travail. Alors que le cortège achevait sa progression dans les rues de la capitale, arrivant place de la Nation, des militants de la CGT et leur véhicules ont été très violemment pris à partie. Cette scène est racontée et filmée par plusieurs journalistes qui couvraient l’événement.


« CGT Collabo !» auraient crié les agresseurs avant de s’en prendre aux militants. Des échanges de coups ont suivi, et le bilan est conséquent pour la CGT. Le syndicat annonçait samedi soir avoir recensé pas moins de 21 blessés, « dont quatre graves ». Deux seraient à l’hôpital, selon Maryline Poulain, membre de la direction confédérale.

« Une extrême violence »

 

Le communiqué de la CGT :

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article