Les territoires s'engagent contre le projet Hercule !

Publié le par FSC

 

 

Pourquoi un collectif des territoires engagés contre Hercule ?

Les CESC EDF et ENEDIS se regroupent pour sauvegarder le service public de l'énergie. Aux côtés des milliers de citoyens soutenant la campagne pour une énergie publique, des élu.es de toute la France se regroupent au sein d'un collectif pour dénoncer les conséquences néfastes du projet. Le démantèlement d'EDF aura un impact lourd sur la distribution de l'électricité dans tout le pays.

Augmentation du prix, fin de la péréquation tarifaire, inégalités territoriales : les milliers d'élus locaux qui composent nos communes sont concernés au premier chef.

Le Projet Hercule laisse craindre une privatisation des réseaux publics, aujourd'hui propriétés des communes et actuellement concédés à ENEDIS, remettant gravement en cause notre souveraineté énergétique.

C'est pourquoi les représentant.e.s de salarié.e.s d’EDF et ENEDIS appellent les élu.e.s locaux à s’opposer au projet «Hercule» et à rejoindre le collectif des territoires engagés pour une énergie publique :

Logo du collectif des territoires engagés pour une énergie publique

Comment agir ?

J’interpelle mes élu.e.s en les invitant à se saisir de la question et à rejoindre le collectif, juste ici : rejoindre le collectif.

Je partage la pétition autour de moi : lien de la pétition

J'organise des rendez-vous avec des élus locaux et je leur partage la campagne

 

Vous êtes élu.e ? 

Rejoignez le collectif national des « territoires engagés pour une énergie publique » pour faire grandir le rassemblement : rejoindre le collectif

Objectif 100.000 ! 🚀

Plus de 98 700 personnes ont signé la pétition contre le projet Hercule !

Pour que la dynamique continue, nous vous invitons à partager la pétition autour de vous en diffusant le lien : https://energie-publique.fr

 

L'énergie est un bien commun

Logo CSEC EDF et CSEC ENEDIS

Communication envoyée par le CSEC d'EDF.

 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article