HERAULT : « Tous unis pour nos droits, » les syndicats appellent à la mobilisation le 5 octobre

Publié le par FSC

 

 

Les rendez-vous du 5 octobre dans L’Hérault
  • Montpellier, 5 octobre manifestation 10h30 cours Gambetta
  •  
  • Sète, 5 octobre manifestation 10h30 place de la Mairie
  •  
  • Arles, 5 octobre manifestation 10h30 au kiosque à musique
  •  
  • Béziers, 5 octobre manifestation 10h30 Bourse du travail
  •  
  • Toulouse, 5 octobre manifestation 10h30 place Arnaud Bernard
 
 
Les organisations syndicales CGT- FO – FSU – Solidaires – FIDL – MNL – UNEF – UNL appellent l’ensemble du monde du travail dans le secteur privé et public, ainsi que la jeunesse, à se mobiliser, le mardi 5 octobre 2021. « Tous unis pour nos droits, » c’est la thématique centrale de cette journée.

La journée de mobilisation unitaire interprofessionnelle nationale du 5 octobre veut : défendre l’égalité professionnelle et salariale pour les femmes et les hommes, stopper la précarisation de l’emploi et la précarité des jeunes, lutter contre les fermetures de services et les suppressions d’emplois, garantir l’augmentation des salaires, assujettir les aides publiques aux entreprises, selon des normes sociales et environnementales qui permettent de préserver et de créer des emplois, en finir avec les dérogations au Code du travail, engager l’abandon définitif des contre-réformes des retraites et de l’assurance chômage.

« Dans les cent jours qui viennent, des réformes vont continuer. » Gabriel Attal

Réforme des retraites justement, Emmanuel Macron voudrait supprimer les régimes spéciaux de retraite, et instaurer un minimum de pension à 1.000 euros, dans une temporalité incertaine avec deux variables, trois si l’on prend en compte l’élection présidentielle : « je ne lancerai pas cette réforme tant que l’épidémie ne sera pas sous contrôle et la reprise assurée. » Autre son de cloche, début septembre, Gabriel Attal indique que « certaines composantes pourraient être reprises d’ici la fin du quinquennat, mais il n’y a rien de décidé. » Le porte-parole du gouvernement assure que « la préservation de l’unité du pays est essentielle pour Emmanuel Macron, » tout en précisant que « dans les cent jours qui viennent, des réformes vont continuer. » Affirmations qui motivent la vigilance des syndicats, face à un exécutif écartelé entre fin de mandat, communication et campagne de la présidentielle.

« On a un gouvernement qui s’en prend systématiquement à certaines catégories de la population. » Stéphane Audebeau

Par la grève et par les manifestations, « tout l’intérêt du 5 octobre est de remettre dans l’espace public, toutes ces questions sur la répartition des richesses au sein d’une population » annonce ce mardi 28 septembre en conférence de presse à Montpellier, Stéphane Audebeau, Secrétaire départemental FSU34. Pour ajouter, « on a un gouvernement qui s’en prend systématiquement à certaines catégories de la population, les plus fragiles, les plus précaires, dans le monde du travail, mais également chez les retraités. »

Pour Ludovic Sigal CGT UD34, « les retraites ne doivent pas être l’antichambre de la mort, mais une nouvelle étape de la vie. Il faut remettre un peu plus d’humain dans notre société. La santé et les retraites ne doivent pas être livrées aux marchés et servir du profit. C’est un système qui a fait la fierté de notre pays. »

« La santé n’est pas gratuite, c’est notre salaire différé. » Franck Mary-Montlaur

Franck Mary-Montlaur Secrétaire général FO de l’Hérault sort sa carte vitale et sa carte bleue, « une carte verte que l’on ne veut pas voir disparaître, au profit de l’autre, » la démonstration est efficace pour comprendre que le choix de société dépend d’une volonté politique. « Il ne faut pas oublier que dans notre système, la santé n’est pas gratuite. La santé, ça s’appelle notre salaire différé, les retraites aussi. Ce n’est pas gratuit. C’est quelque chose qu’on paye sur nos salaires, » explique Franck Mary-Montlaur.

« Attention au discours de certains politiques qui prônent l’augmentation des salaires par la diminution des cotisations, ça viendra forcément au détriment des prestations et donc de la sécurité sociale, » prévient Ludovic Sigal CGT UD34, anticipant les futurs débats, dans la course à l’Élysée.

« Notre pays est riche, d’autres politiques sont possibles. » Ludovic Sigal

Autre constat des syndicats : les groupes du CAC 40 ont réalisé plus de 60 milliards d’euros de profits ce premier semestre, soit 41 % de plus qu’en 2019 à la même période. De son côté, le SMIC n’aura augmenté que de 0,99 % au 1er janvier 2021. Écart suffisamment probant pour légitimer, s’il en était nécessaire, la mobilisation du 5 octobre prochain. « Notre pays est riche, d’autres politiques sont possibles, » insiste Ludovic Sigal.

 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article